Média 1000

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Aah, les amours adolescentes...
    Aah, les amours adolescentes...
    -; T'as de beaux seins, toi. Les miens sont pourris.
    -; Dis pas ça, répond Hélène à Mel, je les adore. Tu ressembles à Jane Birkin.
    Les années passent et l'amourette lesbienne devient une amitié ambiguë. Mel finit par épouser son Bruno, tandis qu'Hélène, la narratrice de ce récit torride se consacre désormais davantage à son travail qu'au sexe...
    Mais ces nouvelles vacances lui offriront peut-être un nouveau départ. Le couple modèle, " classe moyenne bon chic bon genre ", cache un secret. Une fois refermée la porte du pavillon, Bruno est un Maître intraitable et Mel sa soumise épanouie. La découverte de ce nouvel univers, son érotisme puissant, sa violence sourde, ses codes à la fois kitsch et romanesques, fascine et inquiète notre héroïne. Elle n'hésitera pas à se mettre en danger ni dépasser les limites de la morale ou de la bienséance pour satisfaire sa curiosité... jusqu'à aller trop loin ?

  • Alonzo Carbone est un masseur très consciencieux. Surtout quand la dame est jolie, qu'elle s'abandonne bien à ses mains... et à ses yeux. Voyeur, tripoteur, ce kinési exerce un métier rêvé pour assouvir tous ses fantasmes. Ce qu'il aime le plus : dépraver une oie blanche. Et voilà qu'on lui envoie des photos compromettantes d'une de ses jeunes patientes. Devinez un peu à quels chantages crapuleux il va se livrer sur la belle ! Exercices aux espaliers ou sur cyclorameurs vont devenir (dans le plus simple appareil) prétextes à mille jeux sexuels plus scabreux les uns que les autres... Mais ces photos, qui les a envoyées ? Et pourquoi ? Ah, c'est là que l'histoire se corse...

  • Pour quelques rares initiés, le coeur de Bordeaux palpite parfois au rythme des nuits de cuir. Des jeunes femmes menées par leurs amants ou leurs maris, sanglées dans des harnais diaboliques ou contraintes par d'émouvants corsets, s'abandonnent à des fêtes baroques. Et quand Pascale, par la volonté d'un ami, se trouve entraînée dans ces nuits, elle n'a d'autre choix que de se soumettre. De fil en aiguille, elle sera conduite dans des chasses privées, où, sanglée de cuir, elle servira de gibier à d'étranges battues n'ayant pour but que le plaisir. Jean-Charles Rhamov nous prouve ici que la capitale girondine n'est pas la belle endormie qu'on veut bien laisser croire, et si son héroïne se perd dans le labyrinthe des émotions ce n'est que pour mieux laisser son corps exprimer la jouissance.

  • Cette image est destinée à un public majeur.

    J'ai plus de 18 ans

    Une métropolitaine perd la tête entre les bras de beaux Martiniquais !
    C'est parce que son père est un aristocrate ruiné et qu'il a désespérément besoin d'argent que Katherine accepte de se rendre en Martinique et d'épouser un membre de cette dynastie déclinante de békés, les riches blancs de l'île qui sont en minorité et font venir des blanches du continent pour préserver la pureté de leur race. Dans la chaleur tropicale, chacun s'adonne à ses pulsions sans grande pudeur, et Katherine se trouve entraînée dans un mouvement irrésistible qui lui fait découvrir le goût des peaux et des sexes insulaires...

  • L'héroïne de ce roman, jeune femme moderne et célibataire, s'ennuie dans son boulot et dans sa vie jusqu'au jour où les circonstances mettent sur la route une maison de passe clandestine...
    L'héroïne de ce roman, jeune femme anonyme et célibataire, s'ennuie. Sa sexualité explosive ne suffit pas à la combler, jusqu'au jour où... Découvrant l'existence d'une maison de passe clandestine aux pratiques extrêmes, elle décide de " goûter " aux menus sexuels proposés par les propriétaires.
    Notre héroïne devient bientôt une cliente régulière de l'établissement, dans lequel tous ses fantasmes - des plus avilissants aux plus étranges - prennent vie.
    Insatiable est un premier roman-feu d'artifice où tous les curseurs du désir et du plaisir sont dans le rouge. Une plongée vicieuse et excessive dans le chaos du sexe...
    Pour Claire Von Corda, écrivaine et musicienne issue de l'underground, le porno est avant tout une question de style. Si elle ne rechigne pas à mettre en scène, dans ses histoires, sa propre vie ou celle de ses proches, il ne faut pas non plus croire tout ce qu'elle raconte.

  • « Il n´y a pas de mal à se faire du bien ! » Prenons deux jeunes couples : Gilles et Sophie d´un côté, Léa et Dany de l´autre. Ils ont trente-cinq / quarante ans, se connaissent depuis toujours, partent en vacances ensemble, aiment le sexe par-dessus tou

  • Moiteurs malgaches

    Aurore T

    Travaillant pour une ONG spécialisée dans la protection des forêts, Aurore T. débarque à Madagascar pour six mois et se retrouve bien vite au fin fond de la cambrousse, où l'arrivée d'une jeune blanche ne passe pas inaperçue. Après quelques difficultés d'adaptation, Aurore ne tarde pas à découvrir les moeurs très libres des habitants, qui n'allument pas que des feux de brousse, et les insolites pratiques sexuelles des marabouts qui ont plus d'un tour dans leur sac à malices...

  • Ayant terminé ses études, la jeune Marie-Ange est engagée comme secrétaire par un grand médecin de la ville. Timide et secrètement perverse, elle cède dès le premier jour (après avoir subi elle-même un examen médical très approfondi) aux bizarres exigences de son employeur. Celui-ci a une femme infirme qui se console en punissant les maîtresses de son mari. Délices et sévices, un cocktail détonnant... et pourtant, rien n'est inventé !

  • Kelly, jeune Française délurée, nous conte sa découverte juvénile de l'Amérique, au cours d'un " stage " plutôt mouvementé. Figurez-vous qu'elle a accepté de donner des cours de français à un jeune homme de bonne famille, Irving, un garçon très timide. Il ne va pas le rester longtemps, avec Kelly ! Mais voilà que Daddy s'aperçoit de la chose ! Kelly sera punie comme elle le mérite, cette dévergondée. Sous ses airs austères et vertueux, Daddy est en effet un virtuose du martinet ! Il aime, avant de passer à d'autres jeux, que ses victimes aient les joues bien rouges. Et pas seulement de honte ! Et pas seulement celles du visage...

  • Jeune pigiste dans un magazine féminin, Clarisse passe vite de la rubrique du coeur à celle des pages " société " ou " mode ", grâce à une plume alerte et un tempérament de feu. En quête d'articles chics et chocs, elle sort dans des lieux branchés où la débauche est tendance et découvre les coulisses sensuelles du monde de la mode. Les tentations y sont grandes, Clarisse y succombe volontiers avec ses copines de la rédaction qui croquent les mâles comme des bonbons et testent les sextoys sans complexes. Entre deux escapades en Asie, Patrick Saint-Just croise à Paris la jolie Clarisse et craque pour cette apprentie journaliste aux dents longues. Après quelques soirées bien arrosées, elle accepte de lui raconter les histoires croustillantes qui ont jalonné sa jeune carrière dans la presse. A charge de revanche, il a promis de l'emmener en reportage en Asie, histoire de lui donner matière à des articles épicés.

  • Une jeune femme occidentale débarque au Japon, et y découvre la débauche sexuelle...
    Le Japon, un point sur la carte que la narratrice découvre le jour où son mari est muté à Tokyo. Mais alors que ce dernier reste à la surface des choses, sa femme, elle, explore les tréfonds de la sexualité nippone jusqu'à s'y perdre. Ou peut-être que ce parcours est une libération, et que la femme dominatrice et perverse qui nous apparaît au fi l des pages est la véritable Anita ?

  • Une étudiante bisexuelle croque la vie (et les amants) à pleines dents !
    Ah, ça, pour être perverse, elle l'est, notre étudiante. Non contente de s'amuser avec sa bonne (qui lui est toute soumise), elle s'avise de donner des cours particuliers à deux jouvenceaux (le frère et la soeur) qui ne demandent qu'à s'instruire. Je vous garantis qu'avec une répétitrice pareille ils seront armés pour la vie (sexuellement parlant, en tout cas). Mais ils ont aussi, ces jouvenceaux, une maman charmante... Notre jeune ogresse n'en fera qu'une bouchée.
    Cela étant, si elle veut passer sa maîtrise, il faut que, de son côté, elle soit très docile avec son directeur de thèse. Lequel, figurez-vous, a une jeune femme qui... que... Houlà, mais c'est une vraie saga, ma parole !
    Il ne reste plus aux lecteurs (et aux lectrices) qu'à se joindre au sabbat. Au prix où est vendu ce livre, avouez que c'est donné !

  • Arlette est ce qu'on nomme une "femme facile", autrement dit, elle a la cuisse légère; comme elle est plutôt agréable à regarder, elle en profite et n'hésite pas à se servir de ses charmes pour obtenir ce dont elle a envie. Et comme elle prend facilement son pied, pour elle, c'est tout bénéfice. Vous la trouvez cynique? Elle ne vous dira pas le contraire; mais quoi, on ne vit qu'une fois, hein? Alors, tendre proie ou rusée prédatrice, à vous de le dire... Carlo Vivari, auteur porno, rewriter professionnel, correcteur dans la presse magazine, a eu l'opportunité de recueillir les confidences détaillées d'Arlette, laquelle a préféré garder l'anonymat.

  • Josette a des parents " libérés ". Son père, sa mère, adeptes d'une sexualité laxiste, se promènent souvent nus devant elle. C'en est assez pour en faire une jeune fille timorée, très craintive, elle, devant ces " choses ". C'est un schéma classique : les enfants de parents vertueux sont souvent les pires débauchés... et vice versa. Mais voilà qu'un jour, un ami de ses parents, kinésithérapeute, est amené à la soigner. Il la soignera si bien et d'une façon si particulière que Josette prendra de plus en plus goût à la " chose ". Mais elle, sa sexualité ne sera pas " libérée ".

  • Tout le monde a des fantasmes, mais pour certains, les vivre tourne à l'obsession et Clara, le personnage central de ce livre, a créé pour eux un institut pour les aider à réaliser leurs envies particulières. II y a les exhibitionnistes, les amateurs de jeux d'eau ou de mises en scènes étranges, les cocus complaisants, celles qui raffolent des gros calibres ou ceux qui adorent les femmes aux énormes mamelles. Dans le domaine du plaisir, l'imagination, donc la variété, est reine. Depuis que je connais Claude Delbouis, j'ai noté chez lui une attirance marquée pour le hors normes, le bizarre, sans doute parce que dans son idée les histoires de cul commencent d'abord dans la tête. Quoi qu'il en soit, après son précédent livre, Bondage, il offre cette fois tout un bouquet de fantasmes à déguste

  • C'est bien joli de partir en vacances organisées dans certaines îles tropicales. Mais il peut arriver que la politique locale s'en mêle, et que d'imprudentes touristes se trouvent prises au piège. Emmenées à dos d'éléphant dans les profondeurs de la jungle, elles vont servir d'otages. En attendant leur rachat, elles passent le temps comme elles peuvent. Il fait si chaud qu'on ne supporte presque rien sur sa peau. Et la sueur éveille souvent des démangeaisons érotiques qu'on satisfait comme on peut. D'autant plus que les ravisseurs qui n'ont pas les yeux dans leurs poches, sont prêts à tout pour satisfaire la libido des étrangères. D'insolites jeux s'ensuivent, plus pervers que méchants. À leur retour, les imprudentes touristes auront de bien lubriques souvenirs ! Rassurez-vous, c'est un conte de fée, et tout est bien qui baise bien !

  • Simon est " videur " dans une petite boîte de nuit provinciale. C'est une brute assez sadique et il aime maltraiter les dames qui lui accordent leurs faveurs. Un jour, arrive une touriste perverse qui lui promet beaucoup d'argent s'il accepte de lui obéir... Cette femme a été autrefois victime d'un viol qui l'a traumatisée. Depuis, elle cherche à exercer sa vengeance sur les machos... Et elle ne manque pas d'invention ! J'oubliais : cette dame a une soeur... et Simon, lui, a une petite amie très docile... Je ne vous en dis pas plus !

  • Priscilla menait une vie désespérément morne en poursuivant mollement ses études. Et voilà qu'elle rencontre Lucile, une " bi ", comme on dit maintenant, qui après moult jeux saphiques, l'entraîne un soir dans le sous-sol d'une insolite boîte de nuit. Et là, elle va faire une découverte qui bouleversera toute son existence : il y a des trous dans les murs de certaines cabines, et devinez à quoi servent ces trous ? Frédéric Mancini, dont nous avons déjà lu Dogging et Chaudes Beurettes, est curieux de tout ce qui dans la sexualité actuelle sort des sentiers battus ; il était donc logique qu'il s'intéresse au récit de Priscilla dont il a rédigé pour vous la " confession ".



  • Pour agrémenter leurs plaisirs, François, le jeune époux de Colette, lui fait lire des romans cochons et lui achète à Pigalle de la lingerie coquine. Il aime qu'elle ait l'air pute. Ils s'amusent beaucoup à deux, mais bientôt ça ne suffit plus. Dans la journée, l'épouse délurée, quand elle monte les escaliers du métro, s'exhibe de plus en plus complaisamment... et en tire des plaisirs de plus en plus pervers qu'elle garde pour elle... Autre manie du mari : il la prend en photo nue dans les postures les plus obscènes. Elle pense au photographe qui va développer les pellicules et ça la met dans tous ses états... Un soir, son mari lui apporte un vibro. Il lui suggère aussi certains jeux d'eau. Enfin, il franchit une dernière frontière en l'invitant à partir en week-end avec un autre couple... Comment, à l'insu de son mari, Colette partira en quête des plaisirs les plus sordides, au point de servir de jouet maso à des pervers dans un sex-shop... vous le découvrirez en lisant ce roman.

  • Jeux de filles

    Marie Salama

    Un soir, Marie, 18 ans, expérimente dans son lit un loisir qu'elle vient de découvrir : la masturbation (il n'est jamais trop tard...). Et elle entend Bénédicte, sa colocataire, faire de même de son côté. À deux, c'est sans doute mieux, lui souffle la voix de la sagesse. Et voilà nos étudiantes parties à s'amuser ensemble, et bientôt à recruter tous azimuts, en s'exhibant partout où elles le peuvent dans Paris. On le sait bien : quand les bornes sont franchies, il n'y a plus de limites...
    Sous le pseudonyme féminin de Marie Salama, se cache un ermite qui vit dans la campagne de Manosque chère à Giono. Au cours de ce récit très épicé, notre auteur se souvient des amours de jeunesse de sa meilleure amie...

  • Maxime a toujours été attiré par les femmes plus âgées que lui. Quant à Thérèse, elle adore les hommes jeunes et vigoureux. Ça tombe bien, il y a plus de vingt ans de différence entre eux deux... Ils se rencontrent et nous livrent ici le compte rendu détaillé de leur sexualité débridée, où les jouets de Thérèse occupent une place de choix. Mais tout en dévoilant complaisamment leurs secrets les plus intimes, chacun livre sa version propre de l'histoire. Au fil du récit, le lecteur comprendra que derrière les apparences se cache une réalité bien différente...
    Dans ce premier " roman ", Achille Letton s'est largement inspiré de ses expériences vécues. Cela se sent tout de suite... Si vous aimez les dames mûres, son récit vous comblera.

  • Jeune provinciale montée à Paris, Sarah, après avoir trouvé un premier boulot guère passionnant, fait la connaissance d'une étrange coiffeuse, Lucille. Celle-ci a tôt fait de flairer en elle une des succulentes poulardes dont elle régale quelques connaisseurs. Elle propose donc à la jeune fille de venir s'installer chez elle. Et de s'en " mettre plein la lampe. " Les femmes minces, prétend-elle, ne plaisent pas aux hommes. Ils aiment en avoir plein les mains. Assez passive de tempérament, et gourmande, ce qui ne gâche rien, Sarah se laisse tenter. Et bientôt ses généreux appas vont faire le bonheur des ogres sexuels délicats (attention, il ne s'agit pas du tout de cannibalisme : on mordille, à la rigueur, on ne mange que de baisers... ou de suçons !) dont Lucille se charge de soigner le menu. Commence alors pour notre poularde sexuelle une vie bien remplie... sous tous les rapports !

  • Catherine de N. est actuellement médecin. Je l'ai rencontrée dans... un club de rencontres. Nous avons tout de suite sympathisé... après avoir " joué " ensemble de la façon que vous devinez.
    Apprenant que ie m'occupais d'une collection de Confessions, elle m'a proposé de raconter comment elle était devenue ce qu'elle était. Selon ses propres termes : " une coquine intégrale qui ne vit que pour le sexe ". Vous allez donc lire le récit de son initiation au vice par ses collègues médecins, et par certaines infirmières, leurs complices, au temps pas trop lointain où elle finissait ses études...

  • Cercles vicieux

    Marie Dange

    La semaine de Plume est bien chargée. Le lundi, c'est Édouard, fétichiste des petites culottes et amateur de jeux de pipi. Mardi, elle retrouve Benoît, un puceau qu'elle initie aux plaisirs de la fessée. Mercredi, Yves, une relation torride via webcam. Le jeudi est consacré à Roméo et ses parties de jambes en l'air dans des chambres louées à l'heure. Vendredi, Bérénice, une femme de pouvoir avide de domination. Avec chacun de ses amants, Plume explore les plaisirs les plus sulfureux. Tous ont un secret qu'elle a découvert. Mais ils ne connaissent pas le sien. À vous, elle le dévoile...

empty