Calmann-Lévy

  • Ce volume présente la version définitive en langue française du jounal d'Anne Frank. Ainsi que l'a montré l'édition critique publiée par Calmann-Lévy en 1989, Anne Frank avait en effet rédigé successivement deux versions de son journal, retravaillant son propre texte pour qu'il réponde à ses ambitions d'écrivain.
    La présente édition comporte, à côté de la version du journal retouchée par Anne Frank, des extraits de sa première rédaction, repris sans aucun changement. L'établissement de cette édition a été confiée à l'écrivain et traductrice allemande Mirjam Pressler à l'initiative de l'Anne Frank Fonds de Bâle. Mirjam Pressler en a profité pour rétablir les passages supprimés par Otto Frank pour des raisons de décence ou de discrétion. Traduit en français par Philippe Noble et Isabelle Rosselin-Bobulesco, le teste est précédé d'un avant-propos éditorial dû à l'Anne Frank Fonds de Bâle et suivi d'un épilogue retraçant le destin d'Anne et de ses compagnons de clandestinité et de déportation.
     

  • Racontée comme un roman,
    la vie inspirante de Geneviève de Gaulle-Anthonioz
    dont les combats et le sens de la fraternité
    sont plus que jamais d'actualité.Nièce du général, bien moins connue que cet oncle qui l'aimait beaucoup, Geneviève de Gaulle-Anthonioz a pourtant tracé un chemin exemplaire.
    À 20 ans, résistante déportée à Ravensbrück, elle fait l'expérience de la fraternité, de la solidarité qui sauve. De ces heures noires et d'un inébranlable sens du devoir et de la justice, elle tire la force de dédier sa vie à la défense des plus pauvres. Engagée pendant trente ans auprès d'eux à travers ATD Quart Monde, elle est aussi, ce qu'on ignore, à l'origine de la loi anti-exclusion adoptée par le Parlement
    en 1998.
    /> Voici donc le portrait intime d'une Française courageuse, d'une « petite dame » à la volonté d'acier, d'une épouse amoureuse et mère attentive, d'une femme entière qui, face aux injustices, a toujours refusé de détourner le regard.
      Journaliste, réalisatrice et romancière, Bernadette Pécassou-Camebrac a réuni documentation, rencontres et souffle romanesque pour écrire cette biographie. Elle est aussi l'auteure de nombreux romans à succès dont La Belle Chocolatière, La Dernière Bagnarde et, tout dernièrement, L`Hôtelière du Gallia-Londres.

  • À 17 ans, Jacqueline Fleury-Marié s' engage contre l' occupant nazi dans les réseaux Défense de la France puis Mithridate, comme ses parents et son frère. Distribution de journaux et de tracts, transport de messages, recherche de caches, elle effectue de nombreuses missions de liaison et de renseignement - jusqu' à
    recopier une partie des plans du mur de l'Atlantique. Elle est arrêtée et emprisonnée à Fresnes, torturée par la Gestapo, parquée dans un train de déportation, connaît l'horreur de Ravensbrück, puis l'enfer des marches de la mort... Dont elle revient, brisée, mais vivante.
    Sur les 1 038 résistants élevés Compagnons de la Libération par le général de Gaulle, seulement six sont des femmes - un chiffre qui est loin de représenter leur réelle part à cette lutte clandestine. À 95 ans, Jacqueline Fleury-Marié livre un témoignage exceptionnel et rend hommage à toutes ses compagnes, héroïnes souvent inconnues, qui se sont sacrifées pour leur patrie, la liberté et dont les visages continuent de la hanter.
    Pour que l'Histoire ne les efface pas. Et que les valeurs qui ont porté leur combat éclairent notre époque.

  • Pouvoirs

    Etienne Mougeotte

    Au début des années soixante, le ministre de l'Information est le véritable patron des radios et télévisions publiques. Il a une ligne directe avec le directeur de l' actualité télévisée avec lequel il décide tous les soirs du contenu des journaux d'information.
    Soixante ans plus tard, la concurrence entre les médias est sans répit, la course à l' information permanente, avec, entre autres, l' arrivée de chaînes d' information en continu, le développement des fake news et les sites Internet et plateformes numériques qui menacent de s' affirmer comme les médias dominants.
    Étienne Mougeotte nous raconte cette incroyable évolution à laquelle il a participé, depuis les postes de direction qu' il a occupés à France Inter, Europe 1, TF1, Radio Classique, Télé 7 Jours et au Figaro.
    Radio, télévision, presse écrite, numérique, aucun média ne lui a été étranger.
    C' est aussi toute la vie politique des soixante dernières années qu' Étienne Mougeotte évoque à travers ses souvenirs de la guerre des Six Jours, de la présidence de Valéry Giscard d'Estaing et celle de Jacques Chirac, ou de l' arrivée de François Mitterrand au pouvoir en 1981.
    Étienne Mougeotte se livre pour la première fois et nous entraîne dans les coulisses fascinantes des médias et du pouvoir.

  • EN FRANCE, 1 ÉLÈVE SUR 10 EST VICTIME DE HARCÈLEMENT À L'ÉCOLE.« Marion, ma fille, le 13 février 2013, tu t'es suicidée à 13 ans, en te pendant à un foulard, dans ta chambre.Sous ton lit en hauteur, on a trouvé ton téléphone portable, attaché au bout d'un fil, pendu lui aussi pour couper symboliquement la parole à ceux qui, au collège, te torturaient à coups d'insultes et de menaces.J'écris ce livre pour te rendre hommage, pour dire ma nostalgie d'un futur que tu ne partageras pas avec moi, avec nous.J'écris ce livre pour que chacun tire les leçons de ta mort. Pour que les parents évitent à leurs enfants de devenir des victimes, comme toi, ou des bourreaux, comme ceux qui t'ont fait perdre pied. Pour que les administrations scolaires s'évertuent à la vigilance, à l'écoute et à la bienveillance à l'égard des enfants en souffrance.J'écris ce livre pour qu'on prenne au sérieux le phénomène du harcèlement scolaire.J'écris ce livre pour que plus jamais un enfant n'ait envie de pendre son téléphone, ni de suspendre à jamais sa vie. »Un récit recueilli par Jacqueline Remy.

  • « J'aimerais que celle ou celui qui lira ce petit livre mesure ce qu'il a de déchirant. Il est mon au revoir à ceux que je laisse sur le quai. (...) Il est mon au revoir à mon enfance de petite fille noire en collants verts, qui dévale en criant les jardins de Ménilmontant. »Quand Marie Desplechin rencontre Aya Cissoko, elle est touchée par la singularité de son histoire. Née de parents maliens, Aya a connu une petite enfance habitée de souvenirs délicieux, qui prend fin avec la disparition de son père et de sa petite soeur dans un incendie. Élevée par sa mère dans le respect du danbé, la dignité en malinké, Aya apprend à surmonter les épreuves et trouve dans la boxe un refuge.

  • "Nous aurions filé vers les Pyrénées. On aurait coupé l'Espagne de haut en bas. Une manière de césarienne pour exhumer ton histoire. Nous serions remontés au début, jusqu'à Fès, ta ville natale. Serions-nous jamais arrivés ?"
    À l'automne 2012, j'ai voulu emmener mon père marocain dans les rues de sa jeunesse, le quartier juif de Fès, la médina, l'entrelacs de ses souvenirs campés entre l'université de la Karaouine et la façade de l'Empire qui fut jadis le plus grand cinéma d'Afrique du Nord.
    J'ai fait le voyage sans lui. La maladie en a décidé ainsi, je suis devenu à sa place le marcheur de Fès. J'ai compris à quoi tient une existence. Un kilomètre à peine sépare le mellah de la ville moderne, le monde juif de l'ancien secteur européen. Dans ce mouchoir de poche, Moshé Maman est devenu Maurice Maman. Comme tous les siens, le Juif marocain a rêvé de s'intégrer à la France, de parler sa langue, d'y construire sa maison, sa famille, son avenir.
    J"ai traversé les ruelles et les cimetières, poussé la pore des rares synagogues, parlé aux derniers Juifs fassis dont la flamme s'éteindra bientôt. À chaque pas, je suis tombé sur ce père longtemps inconnu. Jusqu'à tomber sur moi, à l'improviste.

  • «Penser et être vivant
    ne font qu'un  »  Hannah Arendt est l'une des plus grandes philosophes du XXe siècle.Au-delà de la richesse de son exploration intellectuelle, sa vie elle-même  fut hors-norme : victime de la persécution nazie, exilée, émancipée dans un monde  masculin, amoureuse éperdue, témoin d'un des plus grands procès de son siècle,  et amie d'exceptionnels artistes et penseurs.
      Pour la première fois, un roman graphique nous entraîne dans la vie de Hannah Arendt,  femme complexe, parfois incomprise, mais profondément courageuse. Une manière  malicieuse de comprendre sa pensée qui nous rappelle encore aujourd'hui  ce que signifie vivre en tant qu'individu et citoyen en des temps troublés. 
         

  • Un voyage inédit dans 3 000 ans d'Histoire.
    Depuis la nuit des temps, Istanbul captive les esprits et attire des populations du monde entier. Et c'est parce qu'elle a toujours été aussi convoitée que la ville recèle de tant d'anecdotes et récits incroyables. Istanbul, Le conte des trois cités est l'occasion unique de se plonger dans ses trois mille ans d'Histoire exceptionnelle.
    Au fil des siècles, Bettany Hughes nous dévoile avec son style si vivant les innombrables métamorphoses culturelles, religieuses, ethniques et architecturales de cette ville fascinante. De Byzance à Constantinople puis à Istanbul, l'auteure brosse un vaste tableau incarné par une étourdissante galerie d'hommes et de femmes ordinaires et extraordinaires.
    De l'Âge du bronze jusqu'à l'émergence de la Turquie moderne, laissezvous transporter par un voyage unique en son genre. 

  • Anne Frank est née le 12 juin 1929
    à Francfort. Sa famille à émigré
    aux Pays-Bas en 1933. A Amsterdam,
    elle connait une enfance heureuse
    jusqu'en 1942, malgré la guerre.
    le 6 juillet 1942, les Frank s'installent
    clandestinement dans "l'Annexe"
    de l'immeuble du 263, Prinsengracht.
    Le 4 août, ils sont arrêtés
    Vraisemblablement  sur denonciation.
    Déportée à Auschwitz, puis à
    Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus
    en février ou mars 1945,
    peu après sa soeur Margot

  • Il y a cent ans, après avoir définitivement clos son journal intime tenu toute sa vie durant, Pierre Loti (1850-1923) publiait chez Calmann-Lévy un remarquable récit autobiographique de l'adolescence : Prime jeunesse.
      Cent ans plus tard, chez le même éditeur, Alain Quella-Villéger,
      qui entend redonner à l'homme et à l'oeuvre une seconde jeunesse, nous livre ici, non pas le roman d'une vie,
    mais une vie de roman !Une existence fascinante, bercée entre tentation des ailleurs et besoin de refuge, entre conformisme et transgression, tant l'homme apparaît fantasque, inattendu, désinvolte, révolté, hédoniste jusqu'à l'excès, goinfre et gouffre à la fois ; mille vies n'auraient jamais pu l'assouvir. Il édifie à Rochefort une maison-palais exotique. Un véritable roman-photo le montre tour à tour spahi, Albanais, acrobate de cirque, bédouin sur dromadaire, à dos d'éléphant en Inde ou fumant le narghilé en Turquie, mandarin à Pékin, joueur de pelote basque, pêcheur breton, Osiris, soldat des tranchées en 14-18 ou bien encore presque nu...
    Voici la figure singulière d'un officier de Marine anticolonialiste et grand ami de l'Islam devenu académicien français à 42 ans, bourgeois quasiment bigame et ami des têtes couronnées autant que des matelots athlétiques. On a trop souvent réduit à l'exotisme le plus kitsch celui qui fut l'un des écrivains « engagés » du début du XXe siècle et dont on ne cesse de découvrir aujourd'hui la savoureuse modernité.
    Et une oeuvre dont la magie, d'Aziyadé à Pêcheur d'Islande, de Madame Chrysanthème à Ramuntcho, opère encore, celle d'un inclassable écrivain-voyageur, remarquable dessinateur et photographe, qui nous emmène de l'île de Pâques à Istanbul, de la Terre sainte à la Patagonie, de Pékin à New York, de Tahiti au Sénégal, de la vallée du Nil à celle du Gange. Sacha Guitry écrivit qu'« on devrait mentir en racontant la vie de Pierre Loti, on devrait dire aux jeunes gens : vivait jadis un écrivain que l'on admirait tellement dans son pays qu'une escadre l'accompagnait quand il faisait le tour du monde »...


  • L'Intégrale Anne Frank rassemble pour la première fois
    tous les écrits d'Anne Frank, pour certains jamais traduits en français,
    et enrichis de documents exceptionnels (photos, documents originaux...).
    Ils sont accompagnés de quatre essais importants
    sur le contexte historique par Mirjam Pressler, traductrice et experte du Journal ;
    Gerhard Hirschfeld, historien allemand ; et Francine Prose, essayiste américaine.
    L'Intégrale est l'ouvrage de référence sur Anne Frank.    Anne Frank est née le 12 juin 1929
    à Francfort. Sa famille a émigré
    aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam,
    elle connaît une enfance heureuse
    jusqu'en 1942, malgré la guerre.
    Le 6 juillet 1942, les Frank s'installent
    clandestinement dans «l'Annexe»
    de l'immeuble du 263, Prinsengracht.
    Le 4 août 1944, ils sont arrêtés
    vraisemblablement sur dénonciation.
    Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen,
    Anne meurt du typhus en février
    ou mars 1945, peu après
    sa soeur Margot.
    Le Anne Frank Fonds et l'UNICEF sont partenaires
    pour protéger les enfants dans le monde
     

  • Jean-Marie Roughol a passé plus de vingt ans dans la rue. Un soir, alors qu'il « tape la manche », il propose à un cycliste de surveiller son vélo. Ce cycliste, c'est Jean-Louis Debré. De leur rencontre et de celles qui suivront naîtra, entre le SDF et le président du  Conseil constitutionnel, une singulière relation de confiance. Au point que, avec l'aide de Jean-Louis Debré, Jean-Marie Roughol a accepté d'écrire son histoire.
    C'est un témoignage sans fard et sans complaisance que livre ce « môme de la cloche » de 47 ans. Du XIXe arrondissement de son enfance aux trottoirs de la très chic rue Marbeuf, Jean-Marie  Roughol déroule les années de galère : la jeunesse chaotique, les premières « tapes », les amitiés, les amours et les  enfants
     abandonnés ou quittés... De squats en bouches de métro, de parcs en chambres d'hôtel miteuses, on plonge avec lui dans le quotidien âpre des marginaux, parmi les êtres humains qu'on choisit le plus souvent de ne pas voir, au coeur de la violence, de la peur, du dénuement mais également de la débrouille, de la solidarité et des copains...
    Jean-Marie raconte aussi l'univers de la mendicité. « Taquiner » ou « attendre le pèlerin » s'apparente à un véritable métier qui s'exerce sur un marché dicté par ses propres lois, sa concurrence... où il faut savoir conquérir et protéger son territoire. S'il dépeint un monde dur, terrible et en pleine mutation, il reconnaît que le jour où il n'aura plus la force et qu'il devra abandonner la rue, elle lui manquera,
    c'est certain.
     

  • NOUS POUVONS TOUS AGIR CONTRE LE HARCÈLEMENT SCOLAIRE.
    Le harcèlement scolaire, c'est quoi ? Pourquoi c'est grave ? Comment ça commence ? Qui est victime ? Qui est harceleur ? Les témoins sont-ils complices ? comment détecter un cas de harcèlement ? Comment aider une victime ? Comment contrer le cyber-harcèlement ? Comment éduquer au téléphone portable et réseaux sociaux ? Comment prévenir le harcèlemt ? Qui contacter ? Quels sont les recours juridiques?
    EN FRANCE, UN ENFANT SUR DIS SERAIT VICTIME DE HARCÈLEMENT À L 'ÉCOLE ET UN SUR CINQ DE CYBER-HARCÈLEMENT;
    Il est plus que temps d'ouvrir les yeux sur ces pratiques et de s'y attaquer. Enfants, ados, parents, enseignants, victimes, auteurs, témoins, nous pouvons dire STOP !
    /> Un livre à mettre entre toutes les mains

  • Un artiste dissident raconte l'Allemagne de l'Est
    Wolf Biermann, né à Hambourg en 1936, est une véritable célébrité en Allemagne. Ses concerts rallient plusieurs générations, bercées depuis des décennies par ses chansons populaires. Mais plus encore, Biermann est une figure de la dissidence en RDA. Sous surveillance constante de la Stasi, ses textes engagés lui ont valu, dès 1965, d'être interdit de circulation, de représentation, et enfin, en 1976, d'être banni de son pays.
    Symbole de rébellion et d'espoir, il nous livre ici sa vie exceptionnelle. L'histoire d'un artiste, fils de parents résistants dont le père Juif sera assassiné à Auschwitz, et qui aura eu à coeur de défendre socialisme et droit à la liberté.
    Best-seller en Allemagne, Ma vie de l'autre côté du mur est le témoignage extraordinaire d'un artiste à la vie hors du commun et une plongée fascinante dans l'ancienne Allemagne de l'Est.

  • Gounod, 1818-1893, est passé à la postérité pour avoir écrit Faust, Roméo et Juliette, Mireille. Mais bien qu'il ait rencontré un formidable succès de son vivant et qu'il ait exercé, dans des genres très variés, une forte influence sur ses cadets - Bizet, Massenet, Saint-Saëns, voire Debussy, etc. ù, Gounod demeure encore méconnu.En publiant Mémoires d'un artiste, édité dès 1896 par Calmann-Lévy et devenu depuis introuvable, on fera découvrir la biographie du musicien, telle que lui-même l'a racontéeà jusqu'à la création de Faust. Histoire d'un enfant pauvre et doué, vocation mystique, musicale également, séjour romain à la Villa Médicis, passage à Vienne, puis en Allemagne où le jeune Gounod rend visite à Mendelssohn. Le lecteur aura la révélation d'un artiste aussi accessible que secret.Dans sa présentation, Claude Glayman - qui a déjà assuré l'édition des Lettres de Bizet - complète la biographie de Gounod, évoque le rôle du compositeur dans la musique française et au-delà, notamment à travers le mythe toujours vivant de Faust, et propose une chronologie ainsi qu'une discographie des oeuvres du maître.Alors que le grand répertoire du xixe siècle redevient populaire, l'importance de personnalités comme Gounod prend son véritable relief : on le vérifiera en 1993 à l'occasion du centenaire de sa mort. C'est tout à la fois l'histoire de la musique qui s'écrit et le plaisir de l'écoute qui s'apprécie.

  • « Je crois au matin. »  Charles Palant
      Qu'en est-il de l'enfance, de la transmission, de la  parole, de l'espoir, de l'humanité, soixante-dix ans  après Auschwitz ? Lorsque l'analyse historique  et la politique ont échoué à faire barrage à la barbarie, à  vaincre l'obscurantisme, ne reste-t-il pas la création littéraire  et des écrivains pour défendre la liberté de penser, de  vivre et d'aimer ?
      Élisabeth Brami, Noëlle Châtelet, Alexandre Jardin, Mazarine  Pingeot et Alice Zeniter croisent leurs réflexions avec Charles  Palant, rescapé des camps de la mort.
      À l'heure où disparaissent les derniers témoins de la barbarie  nazie, la littérature s'empare des mots d'un tribun qui  n'a cessé tout au long de sa vie de nous exhorter à ne pas  oublier les horreurs auxquelles conduisent le racisme et l'antisémitisme.
      Pour que nous, lecteurs, gardions en mémoire l'extraordinaire  témoignage d'un de ceux qui ont dit oui à la vie.  À notre tour de ne pas le laisser s'éteindre, de le donner à  entendre aux générations futures.     
     

  • Ainsi, monsieur, vous voulez travailler dans le livre ?
    (Gaston Gallimard à Jean-Jacques Pauvert en 1941.)
    Contre la censure, il fut le premier à publier l'oeuvre complète du marquis de Sade, au grand jour et sous son nom. Il fut aussi l'éditeur d'Histoire d'O, d'André Breton, de Georges Bataille, de Boris Vian et d'autres auteurs majeurs du xxe siècle.
    Jean-Jacques Pauvert est mort le samedi 27 septembre 2014. Il était l'un des derniers éditeurs « à l'ancienne » et incarnait le combat pour la liberté. Sa carrière fut tumultueuse. Sa vie, aussi mouvementée que romanesque. Compagnon de Régine Deforges, ami des surréalistes, l'homme séduisait autant par son érudition que par son irrévérence.
    L'auteur de cette biographie, Emmanuel Pierrat, a été son avocat et ami pendant les vingt dernières années de sa vie. Il a rencontré plus de soixante témoins - d'Antoine Gallimard à Annie Le Brun - et a notamment consulté les archives personnelles de Jean-Jacques Pauvert. Il fait revivre Pauvert jeune éditeur, coursier pour la Résistance ; l'« affaire Sade » ; les surréalistes ; l'aventure d'Histoire d'O ; la rencontre avec Régine Deforges ; la concurrence de Tchou, Losfeld, Balland ou Bourgois ; les multiples faillites et les rebondissements d'une vie tout entière vouée au livre et à la liberté...
     

  • " J'aurais voulu entrer dans la maison de South Broadway, à Nayack où elle vivait, mais il fallait une autorisation. Je me suis contenté d'entrer dans le jardin. J'ai regardé les arbres. Je me suis assis sur les marches de la cuisine. Une femme est sortie. Elle avait un petit chapeau et un sac. Elle a fermé la porte à clef. Derrière les rideaux, il n'y avait personne. "

  •    Comment être noir dans la France daujourdhui ? À travers son propre parcours, Serge Bilé propose des éléments de réponses aux questions que tout le monde se pose.
       De la Côte dIvoire de son enfance au chaos actuel de ce pays, de la province française des années soixante-dix où il a grandi à lembrasement des cités, des problèmes de carte de séjour à la recherche de sa vraie place dans la France actuelle... , Sur le dos des hippopotames est dabord un récit dont chaque étape (lécole de journalisme de Lille, la prison à Poitiers et à Abidjan, les rencontres avec Houphouët-Boigny ou Aimé Césaire... ) permet de mesurer les bouleversements de la communauté noire depuis trente ans.
    />    Citant leurs interrogations : « Les Noirs sont-ils des Français à part entière, ou des Français entièrement à part ? », Serge Bilé affirme que la France ne peut aujourdhui choisir quune seule voie, celle dune révolution pacifique des mentalités, respectant lhistoire de chacun et permettant à tous de vivre ensemble. Cest la conviction quexprime avec force Sur le dos des hippopotames. ...

  • Ils étaient musiciens à la cour, soldats révolutionnaires, héros de Verdun, écrivains, compagnons de la Libération. Ils étaient à la tribune de l'Assemblée nationale ou sur les plages du Débarquement, en Provence, à l'Odéon ou à Polytechnique. 
    Ils étaient noirs. Qui s'en souvient ? Qui se souvient de Habib Benglia, qui joua dans Les Enfants du paradis et dans La Grande Illusion, ou de René Maran, qui obtint le prix Goncourt en 1921 ?Après les indépendances, dans les années 60, la France et l'Afrique se sont séparées de corps mais aussi éloignées d'esprit. Chacune est partie de son côté. Dans les livres d'histoire, soit par honte d'avoir colonisé, soit par dépit d'avoir été largués, soit encore par indifférence, nous avons peu à peu gommé les traces de couleur de notre saga nationale. C'est oublier Félix Éboué qui, alors qu'il était gouverneur du Tchad, fut parmi les premiers résistants à répondre à l'appel du général de Gaulle ; c'est oublier Gaston Monnerville, président du Sénat et ainsi deuxième personnage de la République pendant plus de vingt ans. C'est oublier aussi Edmond Albius, ancien esclave qui découvrit la technique de la fécondation artificielle de la vanille, ou Louis Delgrès, qui préféra mourir plutôt que d'accepter le rétablissement de la servitude en Guadeloupe.D'une écriture vive et brillante, Benoît Hopquin retrace les destins exceptionnels et romanesques de ces figures noires, ces pionniers qui durent les premiers lutter contre les préjugés et pour l'égalité.

  • Que devient une fille de Gaza qui grandit à l'ombre d'un oncle responsable important des services de sécurité du Hamas à qui elle s'oppose violemment ?
    Que devient-elle quand des soldats israéliens font régulièrement irruption au milieu de la nuit pour obliger son grand-père et d'autres vieillards à sortir en pyjama effacer les graffitis que des jeunes ont tracé sur les murs ?
    Que devient-elle avec un père musulman libéral aimant la lecture, un grand-père bienveillant qui la cache sous son édredon, dans une société dominée par l'enfermement, la corruption, le machisme, mais aussi par une incroyable humanité ?
    Elle écrit pour vider ce trop-plein de sentiments contradictoires, elle dresse sur un ton à la fois joyeux et grave le portrait sensuel d'un pays natal passionnément aimé, devenu au fil des ans chaudron des guerres et des intégrismes.
    Écrivaine, voilà ce qu'elle devient.
     

  • Devenir grand-mère ? Inimaginable quand on se sent encore jeune, libre, insouciante, et qu'on n'a mal nulle part ! Grand-mère c'est pour les autres, les mémés, les Mamie Nova, les Mère Denis ! Pourtant, un jour, le téléphone sonne, une voix annonce que la petite-fille a fini par pointer le bout de son nez. Agathe est grand-mère !
    Son coeur s'emballe et les questions se bousculent. Pour trouver des réponses, Agathe Natanson écrit des lettres, pleines d'humour et de dérision, qu'elle adresse à ses petits-enfants, à ses amies, à son mari, à toutes les grands-mères du monde, à son psy ou à la reine d'Angleterre.
    Ses missives disent avec pudeur, tendresse et impertinence ce que transmettre veut dire, et pourquoi les petits-enfants empêchent de vieillir en inventant mille et un petits bonheurs du quotidien.
     

  • En juillet 1977, Cécile B. avait 5 ans. Elle passait des vacances sans ses parents, chez une grand-tante. Cet été-là, elle a été violée plusieurs fois par un cousin éloigné, un père de famille qui prétendait lui apprendre à faire du vélo. Personne ne l'a su à l'époque. Personne n'a décrypté les dessins que Cécile a faits à l'école quelques mois plus tard, des dessins qui criaient pourtant « o scour »... Pour survivre au traumatisme, Cécile a enfoui ces viols dans son inconscient, jusqu'à ce qu'ils ressurgissent trente-deux ans plus tard. Cet « oubli » a un nom : l'amnésie posttraumatique, et il touche de nombreux enfants victimes de viol.
    Quand ses souvenirs ont refait surface, Cécile a vécu dans la honte, la colère, le désir de mourir. Elle a soudain compris ses problèmes à l'adolescence, sa peur des hommes, son incapacité à construire sa vie de femme. Car le viol dévaste tout, durablement. Pendant trois ans, elle a mis sa vie entre parenthèses : pour se soigner, et pour tenter de faire juger son agresseur, sachant pourtant que, dans son cas, les faits étaient prescrits.Elle est allée jusqu'à la Cour de cassation, elle n'a pas gagné mais a été entendue. Rejointe par des associations de victimes, elle a réussi, en médiatisant son affaire, à mobiliser l'opinion, les politiques et le législateur. Grâce à cela, le délai de prescription pour les crimes sexuels commis sur mineurs pourrait être allongé. Mais le combat n'est pas terminé...Ce livre est le récit d'un chemin douloureux mais aussi d'une victoire sur la vie. Car au terme de son parcours, Cécile B. s'est reconstruite.

empty