• Dans les mois qui suivent les attentats du 11 Septembre, deux jeunes gens, Jeo et son frère adoptif Mikal, lun étudiant en médecine, lautre rompu au maniement des armes, quittent leur bourgade du Nord pakistanais et se rendent clandestinement en Afghanistan pour porter secours à leurs frères musulmans. Jeo laisse derrière lui Naheed, la beauté qui est devenue son épouse, et son père Rohan, veuf inconsolable qui perd peu à peu la vue. Seul réconfort : son jardin superbe. Fondateur dune école, Rohan en a été chassé par les islamistes qui préparent les élèves au djihad. Mikal, amoureux fou de Naheed, a préféré séloigner delle par respect pour Jeo. Mais, très vite, Mikal et Jeo sont séparés, engloutis dans la spirale des affrontements qui opposent Américains et talibans et qui profitent aux seigneurs de guerre.Le Jardin de laveugle est traversé par une telle intensité démotions et un tel souffle poétique que le lecteur en sort ébranlé. Nadeem Aslam met en scène avec une empathie exceptionnelle des personnages bousculés, malmenés par le destin. La mort est omniprésente mais la vie aussi, vibrante de couleurs, de parfums et damour. Ici il ny a quune leçon à retenir, celle de vivre à tout prix.Nadeem Aslam, né au Pakistan en 1966, a quatorze ans lorsque sa famille, fuyant le régime du général Zia, sinstalle en Angleterre. Après des études à l'université de Manchester, il se consacre à l'écriture. Le Jardin de laveugle est son quatrième roman après Season of the Rainbirds (1993, en cours de traduction), La Cité des amants perdus (Seuil, 2006), sélectionné par le Booker Prize, et La Vaine Attente (Seuil, 2009), salué partout comme un événement littéraire. Son uvre est publiée dans plus de dix pays.Claude et Jean Demanuelli, agrégés danglais, universitaires, prix Rhône-Alpes du livre 2007 pour la traduction et prix Baudelaire 2010, ont signé ensemble ou séparément plus de soixante-dix traductions des uvres de Virginia Woolf, Henry James, John Updike, Richard Powers, Susan Minot, Zadie Smith, Muriel Spark ou Rose Tremain, mais aussi de celles de représentants des littératures indienne et pakistanaise anglophones, dont Arundhati Roy, Hari Kunzru, Shashi Tharoor, Nadeem Aslam ou Kiran Desai.

  • La vaine attente

    Nadeem Aslam

    Afghanistan, 2005, à l'ombre des monts de Tora Bora. Dans une maison aux murs ornés de fresques, aux plafonds recouverts de livres cloués, avec sa fabrique où l'on distillait autrefois des parfums, le vieux médecin anglais Marcus Caldwell pleure sa femme

  • Dans une ville anonyme du nord de l'Angleterre, Chanda et son amant, l'entomologiste Jugnu, ont disparu. De méchantes rumeurs agitent la communauté pakistanaise en butte à un enseignement de l'islam perverti, un code de l'honneur qui peut mener au meurtre, un racisme blanc qui n'a rien à envier à la cruauté et à l'intolérance de ses victimes.Ce formidable récit d'une résonance singulièrement actuelle explore les tourments d'une famille emblématique durant l'année qui suit le drame. Il évoque aussi la nostalgie du pays perdu et des racines oubliées. Mêlant avec un égal bonheur analogie et métaphore, sa prose poétique lui confère un ton élégiaque et une grande unité esthétique, soutenue par le lent mouvement des saisons, qui viennent contrebalancer la violence des conflits humains et souligner la beauté autant que la brutalité de ce monde.

  • Aux abords de la ville de Zamana, lorsqu'une fusillade éclate entre des tueurs pakistanais et un espion américain, la vie de Nargis bascule. Pris dans les tirs croisés, Massud, son mari, architecte comme elle, épris de beauté et de justice, meurt avant qu'elle ait pu lui avouer son terrible secret.
    Menacée par un officier des services du renseignement qui la somme d'accorder son pardon au meurtrier américain, Nargis craint que la vérité sur son passé n'éclate au grand jour. Car depuis quelque temps, du haut des minarets de la ville, un inconnu dévoile l'intimité de certains habitants. Dans un pays où les accusations de blasphème sont monnaie courante, ces dénonciations anonymes sèment la terreur parmi la population.
    Nargis prend alors la fuite en compagnie de deux jeunes gens, Helen, la chrétienne, et Imran, le mystérieux Cachemirien, à la recherche d'un îlot de paix et d'amour, loin de la violence et de la folie des hommes.
    Par la magie de cette prose lumineuse qui caractérise le style de Nadeem Aslam, le passé et le présent du Pakistan, marqués par la corruption, l'intolérance, mais aussi la résilience et l'espoir, se reflètent dans un même miroir.
    Nadeem Aslam, né au Pakistan en 1966, a quatorze ans lorsque sa famille, fuyant le régime du général Zia, s'installe en Angleterre. Après des études à l'université de Manchester, il se consacre à l'écriture. Le Sang et le Pardon est son cinquième roman, en cours de publication dans une douzaine de pays où son talent est largement reconnu. Son œuvre est publiée aux Éditions du Seuil.
    Traduit de l'anglais par Claude et Jean Demanuelli
    " Aslam est un maître des mots et des images saisissantes. "
    The Times
    Claude et Jean Demanuelli, agrégés d'anglais, universitaires, prix Rhône-Alpes du livre 2007 pour la traduction et prix Baudelaire 2010, ont signé ensemble ou séparément plus de soixante-dix traductions des œuvres de Virginia Woolf, Henry James, John Updike, Richard Powers, Susan Minot, Zadie Smith, Muriel Spark ou Rose Tremain, mais aussi de celles de représentants des littératures indienne et pakistanaise anglophones, dont Arundhati Roy, Hari Kunzru, Shashi Tharoor, Nadeem Aslam ou Kiran Desai.
    " Des pages déchirantes et révélatrices qui rappellent l'univers de Joseph Conrad. " Stephen King
    " Un livre traversé par une rage silencieuse et une beauté fulgurante. "The Economist
    " Malgré la souffrance et la cruauté qu'il décrit, Le Sang et le Pardon est un livre réconfortant grâce à la foi d'Aslam dans l'intégrité et le courage de ses personnages. " Francine Prose, The New York Times Book Review

  • Une bourgade anonyme du Pakistan, à l'ombre de deux mosquées concurrentes, est secouée par deux événements simultanés : le meurtre du puissant juge Anwar, et la réapparition mystérieuse d'un sac postal égaré dix-neuf ans plus tôt dans un accident de chemin de fer. Quels secrets enfouis depuis longtemps ces lettres vont-elles révéler ? Alors que la mousson approche et que la touffeur moite devient de plus en plus écrasante, les passions se déchaînent au sein de la petite communauté, menaçant de la faire éclater, laissant ses différents acteurs troublés et désemparés.Chronique sociale, portrait du paysage politique et religieux du Pakistan au début des années 1980, Le Cri de l'oiseau de pluie, premier roman de Nadeem Aslam, vient compléter l'oeuvre publiée et saluée d'un auteur qui compte désormais parmi les grands de la littérature. On y trouve déjà la prose assurée et poétique, la voix forte d'un écrivain qui n'a de cesse de dénoncer l'intolérance.« L'un des premiers romans les plus impressionnants qu'il m'a été donné de lire. » Salman Rushdie« Un modèle de narration resserrée et d'écriture dépouillée. » The ObserverTraduit de l'anglais (Pakistan) par Claude et Jean DemanuelliNadeem Aslam, né au Pakistan en 1966, a quatorze ans lorsque sa famille fuit le régime du général Zia et s'installe en Angleterre. Après des études à l'université de Manchester, il se consacre à l'écriture. Avant Le Cri de l'oiseau de pluie, le Seuil a publié La Cité des amants perdus (2006), finaliste du Booker Prize, La Vaine Attente (2009) et Le Jardin de l'aveugle (2013), sélectionnés par plusieurs prix littéraires français et étrangers. L'oeuvre de Nadeem Aslam est publiée dans une douzaine de pays. L'auteur partage aujourd'hui son temps entre l'Angleterre et le Pakistan.Claude et Jean Demanuelli, agrégés d'anglais, universitaires, prix Rhône-Alpes du livre 2007 pour la traduction et prix Baudelaire 2010, ont signé ensemble ou séparément plus de soixante-dix traductions des oeuvres de Virginia Woolf, Henry James, John Updike, Richard Powers, Susan Minot, Zadie Smith, Muriel Spark ou Rose Tremain, mais aussi de celles de représentants des littératures indienne et pakistanaise anglophones, dont Arundhati Roy, Hari Kunzru, Shashi Tharoor, Nadeem Aslam ou Kiran Desai.

empty