• Depuis sa première édition en 1990, cet ouvrage, traduit en plusieurs langues, est devenu un texte de référence pour l'enseignement du son au cinéma. L'auteur y démontre comment une perception (le son) influence l'autre (la vision) et la transforme  : on ne voit pas la même chose quand on entend, on n'entend pas la même chose quand on voit. Cette audio-vision fonctionne essentiellement par projection et contamination réciproques de l'entendu sur le vu, ou bien en creux, par suggestion. C'est donc, au sens technique du mot, un illusionnisme dont le cinéma a su exploiter les mille ressources.
    À la fois théorique, historique et pratique, ce livre décompose le rapport son/image à l'aide d'extraits choisis dans le cinéma classique, de genre et contemporain, puis esquisse une méthode d'observation et d'analyse filmique. 5e  édition enrichie et actualisée.

  • La musique au cinéma

    Michel Chion

    Le titre de l'ouvrage le dit : une musique dans un film ne s'y dissout
    pas, mais elle en est modifiée tout en le modifiant. C'est dans le
    film même qu'il faut l'étudier. Ce retour aux oeuvres, à leur vision et à leur
    écoute - à leur « audio-vision » - fait apparaître, loin des professions de
    foi abstraites, la richesse des scènes, des effets, des situations. Le cinéma
    est, étymologiquement, ce mouvement que le mouvement de la musique
    tantôt entraîne et soutient, et tantôt immobilise et charme.
    Depuis la première édition de cette somme, le quart de siècle écoulé a
    vu apparaître de nouvelles formules de présence de la musique au cinéma
    et de nouveaux auteurs ; l'intérêt pour le thème n'a cessé de croître, en
    même temps que l'accès aux oeuvres musicales et cinématographiques
    - par câble, tablettes, « baladeurs » internet, vidéo à la demande - s'est
    diversifié. Cette nouvelle édition de La Musique au cinéma, refondue
    et complétée, en tient compte et en montre l'impact dans les films eux-mêmes.
    Elle propose aussi une chronologie réactualisée, se concentrant
    notamment sur soixante films marquants parmi des milliers.
    Une ronde internationale de noms et de films, de chansons et
    de danses, d'images et de sons tourbillonne dans ces pages, du cinéma
    expérimental aux films-opéras, de Claude Debussy au Kasai Allstars du
    Congo, en passant par Ennio Morricone, Arvo Pärt et Hans Zimmer, de
    Bernard Herrmann à Michel Legrand, du Chanteur de jazz à Birdman, de
    Jean-Luc Godard à Jia Zhangke, et de Nino Rota à Federico Fellini.
    Compositeur de musique concrète, réalisateur de films et d'oeuvres audiovisuelles,
    cofondateur de l'association Acoulogia qui se consacre à des
    formations, Michel Chion a publié une trentaine d'essais, dont plusieurs sur
    le son et le langage au cinéma, et, chez Fayard, sur l'oeuvre de Pierre Henry,
    la symphonie romantique et la musique à programme.
    La première édition de cet ouvrage a reçu en 1995 le Prix du Syndicat
    français de la Critique de cinéma
    Deuxième édition revue et augmentée

  • Dans l'espace, au-delà de la mince pellicule d'atmosphère terrestre, il n'y a pas de son ; et y en aurait-il que personne ne resterait vivant pour l'entendre. Que font alors les films qui s'y déroulent, très nombreux jusqu'à First Man de Damien Chazelle, pour respecter ou contourner cette loi scientifique, et ne pas être silencieux ? Ce livre raconte une histoire qui peut sembler anecdotique, mais qui s'entrecroise avec l'histoire de notre vie sur Terre, de nos communications, de notre rapport avec le Cosmos. Il s'agit de parler du cinéma sans le séparer de la vie. Laquelle comporte aussi le mythe, le symbole, et le rêve - dans les fantaisies spatiales héroïques à la George Lucas, certes, mais aussi dans les films « plausibles » et rigoureux, comme 2001, de Kubrick, parmi d'autres.

    Né en 1947, Michel Chion est compositeur, écrivain, réalisateur, chercheur et enseignant. Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages, sur la musique et le cinéma, dont Ecrire un scénario (éd. Cahiers du cinéma), L'Audio-vision : Son et image au cinéma (Armand Colin) et Les Films de science-fiction (éd. Cahiers du cinéma).

  • Depuis sa première édition en 1998, ce livre est devenu un texte de référence, traduit en plusieurs langues. Dans cette nouvelle édition revue et actualisée, Michel Chion propose à la fois un état des lieux sur l'acoustique, la musique, la psychologie de l'écoute, et un texte-bilan. Prolongeant la démarche de Pierre Schaeffer qui a permis de penser et de décrire les sons comme des objets, il présente les grandes lignes d'une discipline nouvelle, l'acoulogie, où le son n'est plus seulement le symbole d'une harmonie perdue ou d'un «  continent noir  » de la perception, mais aussi un objet culturel à construire par des techniques d'écoute et par une exigence de nomination.
    Riche en ouvertures, réflexions et concepts originaux, cet essai synthétique vise à mettre en valeur la complexité des objets sonores et leurs mutations à travers les évolutions technologiques. Il nous invite à une observation attentive du  sonore dans notre vie quotidienne, mais aussi dans la philosophie, la littérature, la musique, le cinéma.
     

  • Qu'il soit présent dans un film sous la forme de son générique, des sous-titres pour les films muets ou les versions originales, mais aussi de lettres écrites ou lues, d'écrans d'ordinateurs, d'inscriptions magiques, d'enseignes lumineuses ou de pancartes dans la rue proclamant un interdit que les personnages ignorent ou transgressent, l'écrit au cinéma n'a pas seulement un rôle utilitaire ou anecdotique. Il crie muettement son importance et dialogue symboliquement avec les voix du film, avec le récit, avec l'espace cinématographique. Il nous rappelle aussi que « graphe » dans « cinématographe » veut dire « écrit », et que le cinéma se situe par rapport au livre en situation d'héritage voire de rivalité.
    Déroulant au fil de nombreux exemples un parcours poétique en forme de frise, l'auteur envisage la question depuis les origines du « septième art » jusqu'à ses formes les plus récentes, où l'écrit en deux dimensions doit redéfinir sa place dans les trois dimensions du relief. Un écrit jamais totalement assimilable par le cinéma, et qu'on appellera pour cette raison « l'excrit ».

  • Médias et technologies ont profondément contribue à modifier les musiques existantes et à en créer de nouvelles. Pour Michel Chion, compositeur et essayiste, il est nécessaire de rejeter la banalisation généralisée dans le domaine musical et de restaurer la dignité du compositeur et de la notion d'oeuvre musicale.

empty