• Liverpool, le 11 mai 1889. James Maybrick succombe à une maladie dont les médecins ne savent déterminer la nature ni la cause. Florence, sa jeune épouse américaine, est immédiatement soupçonnée de l'avoir empoisonné à l'arsenic. Mais cette substance est aussi l'ingrédient majeur des remèdes et toniques consommés par son mari depuis sa jeunesse... Florence est accusée de meurtre et appelée à comparaître. Férocement débattue au tribunal et relayée en « une » des principaux journaux, cette affaire riche en rebondissements et en polémiques a retenu l'attention de la population pendant des mois. À travers la reconstitution d'un fait divers retentissant, Kate Colquhoun analyse avec une grande finesse les paradoxes et dilemmes qui marquèrent la société anglaise de la fin de l'ère victorienne. « Une histoire captivante, détaillée à la perfection, où affleure sans cesse la sensation de danger et de tragédie imminente. » (Kirsty Wark, The Telegraph)

  • Le 9 juillet 1864, un chapeau, une canne et un sac sont retrouvés sous le siège ensanglanté du compartiment d'un train anglais. Le corps de l'employé de banque auquel ils appartenaient gît entre les voies. Chargés d'élucider le premier meurtre jamais commis à bord d'un train en Angleterre, les célèbres détectives de Scotland Yard doivent aller jusqu'à New York capturer un jeune Allemand, très vite suspecté. Bijoutiers, chapeliers, cheminots, tailleurs, prostituées et cochers se succèdent pour témoigner et tenter de reconstituer les événements, face à des juges dont le pouvoir n'aurait à craindre que celui de la presse. Sur fond de rivalité entre l'Angleterre et l'Allemagne, alors que sévit le débat sur la peine capitale, l'accusé parviendra-t-il à prouver son innocence ? S'inspirant d'un fait divers, Kate Colquhoun retrace à un rythme exalté une affaire de meurtre qui défraya la chronique à l'ère victorienne.
    « Enquête historique d'une grande vivacité sur un meurtre commis il y près de cent cinquante ans, portrait d'une Angleterre post révolution industrielle, et plus précisément de sa capitale tentaculaire, Le Chapeau de M. Briggs semble autant s'inscrire dans la lignée de De sang froid de Truman Capote, que dans la lignée des romans victoriens dont Kate Colquhoun a fait son miel tout au long de l'écriture de son livre. Un « récit sensationnel » à tous les sens du terme. » (Raphaëlle Leyris, Le Monde)

empty