• Alors que la menace de conflit se précise, un espion d'Hitler conçoit un système mathématique destiné à détourner les scientifiques américains des enjeux militaires de l'heure. La Seconde Guerre mondiale ayant mal tourné, Wolf Habermann s'installe aux Etats-Unis fasciné par le baseball, en quoi il voit l'essence profonde de l'Amérique . Ses pérégrinations le mettront en contact avec des mathématiciens, un journaliste mystérieux, une secte ésotérique d'amateurs de baseball, un joueur nain et un astucieux propriétaire d'équipe.

  • Le théâtre pouvant être considéré, plus que tout autre genre littéraire, comme révélateur du milieu dont il provient, l'analyse détaillée de plus de soixante-dix personnages à laquelle se livrent Christiane Lahaie et Georges Desmeules leur permet non seulement d'esquisser des archétypes de notre dramaturgie mais aussi d'en tirer quelques représentations éclairantes de la société québécoise.

  • On pourrait être tenté de penser qu'entre toutes les sciences, ce sont les austères mathématiques qui sont les plus éloignées et les plus étrangères aux littéraires. Et, à première vue, il semble bien que ce soit le cas : la mathophobie des littéraires est généralement avérée et les mathématiques pourraient bien, comme le faisait remarquer Boris Vian, être une des rares - voire la seule - discipline dont on avoue avec fierté être ignorant: « Moi, les maths, j'y ai jamais rien compris! » Mais à y regarder de plus près, les choses sont loin d'être aussi tranchées : entre ce sous-continent du continent sciences appelé mathématiques et le continent littéraire, des ponts qui permettent de passer d'un monde à l'autre ont été construits et sont fréquentés. Les auteurs des textes réunis ici vous invitent à franchir avec eux ces ponts - et, pour certains d'entre eux, à en franchir plus d'un à la fois !
    - Normand Baillargeon

  • L'édition automnale de XYZ. La revue de la nouvelle, se présente sous le thème Sex, drugs and rock'n'roll. Histoire de cuites (Patrick Nicol), d'adolescences tourmentées (Fanie Desmeules, M.K. Blais, Marie-Claude Lapalme), de gangsters à guitare (Georges Desmeules) et de spectacles épiques (Nicolas Guay) vous sont proposées dans ce numéro qui « nous rappelle plus souvent qu'autrement qu'il faut parfois se garder de glorifier le passé. » Lisez aussi quelques nouvelles en thème libre : sur les années d'université (Nathalie Nadeau), sur l'appartenance au temps des tatouages (Paul Ruban) sur une bibliothèque de livres bien mystérieuse (Bruno Lalonde), sur le deuil et la sexualité (Samuel Homier) et une allégorie sur le thème d'Abel et Caïn (Olivier Talbot). Paraît également « Nocturne à la tête de chat » texte du lauréat du concours de nouvelle de cette année, Pascal Blanchet. Cette nouvelle sur les difficiles fins de vie dans les centres de soins longue durée (écrite avant la pandémie) a quelque chose d'effroyablement prémonitoire.

  • Fruit de leur enseignement sur la présence du mythe dans la littérature, l'essai de Georges Desmeules et Gilles Pellerin s'adresse aux nombreux professeurs qui enseignent la mythologie non pas tant dans la perspective de raconter les aventures de héros prodigieux que pour en dégager le sens que ceux-ci continuent à sécréter, bien que des oeuvres phares comme l'Iliade et l'Odyssée aient été écrites il y a près de trois millénaires. Le recours à la théorie littéraire et le recoupement des personnages dans des séquences empruntées aux deux épopées d'Homère et aux tragédies antiques permet d'expliquer l'incomparable grandeur de ces figures héroïques et notre propre fascination à leur égard.
    Les auteurs enseignent la littérature au collège François-Xavier-Garneau de Québec. Ils ont chacun fait paraître plusieurs essais et études sur la littérature.

  • Des origines à 2000, le roman québécois a enfanté des centaines de personnages parmi lesquels il s'en trouve qui auront marqué l'imaginaire. Les auteurs ont puisé dans un répertoire romanesque riche de plus d'un siècle et demi, cherchant à rendre compte de sa multiplicité et de son aptitude à raconter ce que nous sommes et ce que nous aimerions être.

  • Fruit de leur enseignement sur la présence du mythe dans la littérature, l'essai de Georges Desmeules et Gilles Pellerin s'adresse d'abord aux professeurs de mythologie et de littérature, ainsi qu'à leurs élèves. Les auteurs se penchent ici sur les récits de création du monde, en distinguant trois points de vue : cosmogonie, anthropogonie et théogonie. Ils montrent ensuite comment, à l'échelle individuelle, les récits relatifs à la naissance reproduisent les structures actives à l'échelle mythique. Les mythes sont présentés par le biais des archétypes, c'est-à-dire de la présence réitérée de personnages et de schèmes dramatiques, depuis l'Antiquité jusqu'à maintenant. Quelques oeuvres sont analysées : la Théogonie, la Genèse, Robinson Crusoé, Frankenstein ou le Prométhée moderne, L'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde, Le Golem, Candide, et La faute de l'abbé Mouret. Ce vaste parcours littéraire est l'écho de la grande marche de la civilisation occidentale.

empty