Presses Universitaires de France

  • Comment bien éduquer ? En réponse à cette question fondamentale, les auteurs présentent un modèle de besoins psycho-pédagogiques tenant compte des éléments nécessaires à la construction de l'identité de l'individu : besoins affectifs, cognitifs, sociaux, idéologiques. Ils proposent un " système pédagogique multiréférentiel et intégré ", car, selon eux, les divers courants de pensée pédagogique développent plus ou moins un seul de ces besoins. Dans une démarche éducative, il est nécessaire de faire appel à tous ces courants, les pédagogues deviennent sujets-auteurs de leur projet éducatif.

  • Face à la désocialisation de certains jeunes, l'école apparaît comme l'ultime rempart. Mais l'école ne peut résoudre à elle seule les problèmes structurels de la société. En s'inspirant du principe de la démocratie participative, elle peut s'acquitter de cette nouvelle mission qui est d'éduquer à la citoyenneté tout au long de la scolarité. Telle est la thèse défendue dans cet ouvrage par une équipe pluridisiciplinaire de chercheurs et d'enseignants.

  • De toutes parts s'impose aujourd'hui la nécessité de repenser le système éducatif à partir de nouvelles données. La société post-fordiste, les rendez-vous avec l'emploi modifient les attentes des apprenants, tandis que l'entrée dans une soiété de la communication peut constituer une chance historique de changement. D'où la nécessité d'un gouvernail, celui d'une théorie de l'autonomie. Cet ouvrage propose de fonder une théorie de l'autonomie et de la traduire en terme d'apprentissage lié à la métacognition et d'analyser l'enrihissement mutuel de l'apprentissage et des technologies d'information et de communication. Après un état des lieux relatif à l'innovation par rapport à une visée de l'autonomie portant notamment sur les facteurs et les normes qui régissent les systèmes éducatifs européens, les auteurs proposent des stratégies de mise en place de dispositifs développant l'autonomie de l'apprenant à tous les niveaux de l'école à la formation permanente, en passant par l'Université. Ceci implique de redessiner le profil de l'enseignant et du formateur et de modifier leur formation. Aussi les axes suivants lesquels pourraient se développer leurs compétences sont analysés dans le cadre de ce qui serait de l'ordre d'une métacompétence. La proposiion des auteurs repose sur la création d'une éducation visant l'autonomie, c'est-à-dire le dveloppement de personnes en mesure d'affronter la complexité : d'une part celle d'un environnement en évolution constante, de l'autre celle des proccessus d'apprentissage. Texte de couverture

  • Cet ouvrage entend dégager de nouveaux enjeux théoriques et ouvrir de nouvelles perspectives de recherche. La sanction est à l'interface du cadre de vie et de l'action éducative. Question taboue et pratique honteuse, la sanction revient aujourd'hui au coeur des réflexions éducatives. L'auteur analyse depuis plusieurs années, tant sur le plan historique que philosophique, cette situation-limite en éducation. Il montre que la sanction n'est pas nécessairement une parenthèse, un échec, mais que celle-ci exige un cadre socialisant et structurant, qu'elle doit s'inscrire dans une éthique éducative. Penser la sanction c'est toujours penser au-delà de la sanction.

empty