Littérature générale

  • " Inutile de le nier, je suis comme les bêtes : je sens l'air du temps. "
    Le 23 mars 1919, le groupuscule Faisceaux de combat est constitué à Milan par Benito Mussolini, un obscur journaliste et activiste. Le 3 janvier 1925, désormais chef du gouvernement italien, le même Mussolini assume ses responsabilités dans l'enlèvement et l'assassinat d'un député qui s'était opposé à lui au Parlement.
    C'est le début du régime fasciste.
    Il a fallu seulement six ans à cet agitateur populiste et sans scrupule pour devenir le dictateur charismatique qui fascine tout un peuple. Le romancier italien Antonio Scurati a reconstitué minutieusement les faits et gestes de l'ascension du Duce sous la forme d'une fiction, et l'a confrontée à un choix de documents historiques - correspondances, articles de journaux, extraits de discours, affiches. Ces deux récits alternent en courts chapitres et se répondent de manière vertigineuse. C'est l'Histoire qui s'écrit sous nos yeux, comme si nous en étions les contemporains, et que l'on redécouvre avec curiosité.
    M, l'enfant du siècle est une tentative passionnante, vivante et neuve, de raconter notre Histoire.
    Traduit de l'italien par Nathalie Bauer

  • L'histoire commence sur une plage, quand Anne-Dauphine remarque que sa petite fille marche d'un pas un peu hésitant, son pied pointant vers l'extérieur. Après une série d'examens, les médecins découvrent que Thaïs est atteinte d'une maladie génétique orpheline. Elle vient de fêter ses deux ans et il ne lui reste plus que quelques mois à vivre. Alors l'auteur fait une promesse à sa fille : " Tu vas avoir une belle vie. Pas une vie comme les autres petites filles, mais une vie dont tu pourras être fière. Et où tu ne manqueras jamais d'amour. " Ce livre raconte l'histoire de cette promesse et la beauté de cet amour. Tout ce qu'un couple, une famille, des amis, une nounou sont capables de mobiliser et de donner. Il faut ajouter de la vie aux jours, lorsqu'on ne peut plus ajouter de jours à la vie.

  • Consolation

    Anne-Dauphine Julliand

    L'autrice de Deux petits pas sur le sable mouillé livre un récit lumineux qui aide à vivre avec la douleur.
    Le récit tisse avec grâce des scènes vécues et des réflexions qui touchent toujours juste. Anne-Dauphine Julliand évoque ses deux filles, Thaïs et Azylis, mais aussi Loïc, son mari, Gaspard, son fils aîné, et enfin Arthur, le petit dernier. Elle rend hommage à tous les consolants : une soeur qui vous rend dans les bras, une infirmière qui s'assoit sur le bord du lit et prend juste le temps" d'être là ". Elle a le don de ces scènes courtes qu'elle rend inoubliables. Anne-Dauphine Julliand refuse l'idée selon laquelle la douleur doit s'effacer une fois " le travail du deuil " accompli. Pour elle, les pages ne se tournent pas, elles s'ajoutent. La vie se complique, et tout s'entremêle. Elle ne juge pas, donne des clés, apprend à être avec la douleur, la sienne et celle des autres. " Ne me secouez pas, je suis plein de larmes ", écrivait Henri Calet. " Si on ne me touche pas, je meurs ", lui répond Anne-Dauphine Julliand. Plus jamais les lecteurs de ce livre hésiteront à serrer dans leurs bras celui ou celle qui souffre. C'est une déclaration pour le droit de pleurer.

  • " Douze petites filles au sourire pétrifié sur une photo de classe en 1968... "Ne faites pas de vagues !', voilà ce que l'on exigeait de nous à l'époque. Soyez : douces, gentilles, discrètes.
    Jamais fières, courageuses, libres. Ces adjectifs-là étaient réservés aux garçons. "
    Cinquante ans plus tard, Pascale Hugues part à la recherche de ses anciennes amies de l'école primaire. Chacune lui raconte son histoire. À travers elles, l'autrice dresse le portrait d'une génération qui a eu 20 ans à la fin des années 1970, qui a découvert la machine à laver, la pilule, le droit à l'avortement et le divorce par consentement mutuel.
    Ces femmes se sont battues, pour elles et pour leurs filles. Aujourd'hui, elles sont fières, courageuses et libres.
    Un livre touchant et un formidable portrait de groupe.

  • Les loups sont de retour en Sologne. Lorsque des bûcherons trouvent le corps mutilé de la jeune Maëva, les esprits s'échauffent.
    Est-ce l'attaque d'un fauve ou un crime déguisé ? La tension est vive entre défenseurs de la faune sauvage, chasseurs et éleveurs. Les médias et les autorités attisent encore le feu.
    De retour dans sa région natale, le major Remangeon, dit " le loup-garou ", est un gendarme taciturne ; dans sa famille, on est rebouteux de père en fils. Il mène l'enquête et tente d'apaiser les esprits, tandis qu'il est partagé entre un mariage qui se délite et un nouvel amour dévorant.
    Pour faire la lumière et retrouver un semblant d'équilibre, il va devoir puiser dans sa nature profonde et mobiliser toutes ses forces, même les plus occultes.

  • Anne-Dauphine Julliand aime à penser qu'il est possible de gravir des montagnes en talons hauts. Elle a le talent de croquer les émotions de tous les jours. Elle nous raconte sa vie de famille pas tout à fait comme les autres : l'homme de sa vie, Loïc, ses fils Gaspard et Arthur, mais aussi Azylis, son autre princesse, malade elle aussi. C'est une leçon de bonheur et une merveilleuse histoire d'amour, qui se lit d'un souffle, le coeur au bord des larmes. Anne-Dauphine Julliand est journaliste et vit à Paris. Elle a connu un remarquable succès critique et public pour son livre Deux petits pas sur le sable mouillé (les arènes, 2011), lu par près de 200 000 lecteurs !

  • Héritage

    Dani Shapiro

    Dani Shapiro est née dans une famille juive new-yorkaise, entre une mère qu'elle fuit et un père qu'elle adore. Depuis toujours, elle se regarde dans le miroir, sans parvenir à chasser un sentiment d'étrangeté. Qui est cette petite fille blonde aux yeux bleus, qui ne ressemble à personne de sa famille ?
    À 54 ans, devenue auteure à succès, elle découvre au hasard d'un test ADN que Paul Shapiro n'est pas son père biologique. À la lumière de cette révélation, l'enfance de Dani Shapiro s'éclaire peu à peu, dessinant un portrait de famille empli d'ombres.
    Héritage est une oeuvre littéraire poignante sur la puissance universelle des secrets de famille, une lettre d'amour au père.

  • C'est l'histoire d'une petite fille dont la maman glisse lentement dans la maladie mentale. Elle rencontre une famille extraordinaire de la banlieue de Lille, qui adopte des enfants du monde entier. Adolescente, elle partage sa vie entre cette maison du bonheur et des tête-à-tête compliqués avec sa mère à la dérive. Entre amour doux et amour fou. C'est l'histoire de Frédérique Bedos...

  • Il était une fois, dans une banlieue de Londres, un enfant autiste dont la langue maternelle était les nombres...Daniel Tammet se souvient de ce langage numérique qu'il comprenait mieux que celui de sa famille.
    Aujourd'hui, ce polyglotte capable d'apprendre l'islandais en une semaine nous propose un voyage dans l'univers des langues et de ceux qui les parlent, les inventent ou les étudient.
    Il nous entraîne à la rencontre des Nahuas, ces descendants des Aztèques qui forgent des mots à partir des bruits de la nature. Il raconte les péripéties de l'inventeur de l'espéranto et dialogue avec ceux dont c'est la langue maternelle. Il nous montre comment apprendre une langue étrangère de manière intuitive ou pourquoi l'apparition du téléphone a modifié notre façon de nous parler.
    De l'art de la traduction de la Bible à la poésie de la langue des signes, ces pages révèlent l'étonnant éventail des talents linguistiques et littéraires de l'auteur.

  • Une histoire tristement ordinaire
    " À mon entrée en sixième, j'étais trop petit, trop timide, trop bigleux, trop boutonneux et trop fauché ", écrit Marving pour parler du début de son harcèlement scolaire, qui va durer jusqu'au lycée. Insultes, humiliations, coups, menaces de mort... tout y passe. Il ne répond pas et se mure dans la solitude. Il décroche de l'école et pense de plus en plus souvent au suicide...

    Marving devient Hazerka
    Dans un blog anonyme, Marving décrit sa souffrance. Un jour, après avoir posté un poème intitulé " Seul ", il provoque des centaines, puis des milliers de réactions d'adolescents qui se reconnaissent dans ce texte. Tout s'enchaîne très vite : un producteur lui propose de le mettre en musique et d'en faire un clip. La chanson est postée sur YouTube et, en quelques mois, dépasse les 2 millions de vues. Le harcèlement ne va pas s'arrêter pour autant, mais Marving est devenu Hazerka, et il sait enfin qu'il ne sera plus jamais seul.
    Hazerka est auteur-interprète de chansons pop urbaine. Son premier album sortira en 2021 chez Warner Music. Il a fondé Plus jamais seul, à la fois compte Instagram et association de lutte contre le harcèlement scolaire. Il intervient régulièrement dans les établissements scolaires pour témoigner et sensibiliser les élèves et les enseignants

  • "La Dame en or de Gustav Klimt est l'un des tableaux les plus célèbres au monde. Le modèle du peintre, au regard si mélancolique, s'appelait Adèle Bloch-Bauer. Mariée à dix-huit ans à un homme qui l'adorait mais était bien plus âgé qu'elle, Adèle a vécu dans la Vienne de la grande époque. Son salon attirait les esprits brillants et les artistes à la mode. Mais son existence a aussi été jalonnée de drames intimes. Et la nature exacte de sa relation avec Gustav Klimt intrigue. Peintre génial et provocateur, il multipliait les liaisons et choquait la bonne société. A-t-il conquis l'une des femmes les plus admirées de Vienne ? Adèle est morte jeune, emportant avec elle son secret.Partant sur ses traces, Valérie Trierweiler en a tiré un roman qui nous emporte dès les premières pages. Avec une sensibilité à fleur de peau, elle sort de l'ombre cette femme exceptionnelle, poursuivie par un destin contraire. Adèle Bloch-Bauer a aimé. Et a été magnifiquement aimée."

  • Jules-César

    Anne-Dauphine Julliand

    Jules-César a presque 7 ans. Il aime sa mère, son frère, sa vie au Sénégal et le baby-foot. Mais son quotidien est compliqué car ses reins ne fonctionnent plus. Seule une greffe pourrait le sauver. Augustin est fier de sa réussite professionnelle et de sa famille. Tout serait parfait s'il n'y avait ce fils malade, dans lequel il ne se reconnaît pas. Or, il est le seul à pouvoir lui donner un rein. Par devoir et par amour pour sa femme, il accepte de l'emmener en France. Chapitre après chapitre, alternant les points de vue de Jules-César et d'Augustin, Anne-Dauphine Julliand dévoile l'entrelacs délicat d'une relation entre un père et son fils. Chacun des deux doit vaincre ses peurs et repousser les limites du courage.

  • Mishenka

    Daniel Tammet

    Moscou, mars 1960.
    En Union soviétique, les échecs sont un sport national et
    le champion du monde, Maxim Koroguine, est le héros du
    régime. Avec lui, le jeu d'échecs est devenu une science de
    la logique.
    Surgit alors un jeune prodige de 23 ans, Mikhail Gelb,
    surnommé Mishenka, romantique et imprévisible. Pour
    Mishenka, les échecs sont un langage, une forme de poésie.
    On dit de lui qu'" il pense avec ses mains ".
    En compétition pour le titre mondial, le champion et son
    challenger s'affrontent, durant deux mois. Leur match est
    suivi par des millions de passionnés.
    Inspiré d'une histoire vraie, ce roman met en scène deux
    hommes, deux visions de la vie, la lutte entre la pensée et les
    /> émotions, l'art et la science, à un moment clé de l'histoire de
    l'URSS.

  • Les sortants

    Véronique Brocard

    " Ils vont tous sortir un jour de prison. Si on les traite comme des animaux, on sait ce qui va se passer. Est-ce que ce qu'on fait est efficace ? C'est quand ils seront dehors qu'on le saura. "
    UN SURVEILLANT DE PRISON
    Des centaines de détenus accusés de terrorisme islamiste purgent leur peine dans des prisons ultrasécurisées. Pour la première fois, ce livre fait entendre celles et ceux qui préparent leur réinsertion dans la société. Il détaille leurs méthodes, leurs actions, leurs espoirs, mais aussi leurs doutes. Journaliste réputée pour son indépendance, Véronique Brocard a pu assister, par dérogation exceptionnelle, aux commissions d'évaluation de ces prisonniers particuliers.
    Elle dévoile les grilles d'observation qui leur sont appliquées, la précision des moyens mis en oeuvre et pointe aussi les failles de ces dispositifs.
    Les Sortants est une enquête exclusive au coeur d'un système méconnu. Ce livre nous parle de ces hommes et ces femmes qui, une fois leur peine effectuée, vont revenir parmi nous.
    Et avec lesquels il faudra vivre.

  • Les glaciers fondent, le niveau des océans monte, la pollution est omniprésente, la biodiversité disparaît... autant de signes qui ne trompent pas : il est vraiment urgent d'agir... et d'en rire ! Soit l'humour nous permet de prendre conscience à temps du problème et nous encourage à changer les choses. Soit, foutu pour foutu, autant envisager notre extinction prochaine avec bonne humeur.Ce livre réunit près de 300 dessins illustrant tout ce qui nous inquiète quant à l'environnement, tout ce qui le menace, et tout ce qui doit changer... Certains datent d'il y a trente ans (comme quoi tout cela n'est pas nouveau), d'autres d'aujourd'hui. Il y a bien sûr des inédits.

  • Afro

    ,

    120 Français, hommes et femmes, adeptes du cheveu crépu, des tresses et autres dreadlocks, sont photographiés dans leur quartier favori. Professeurs, banquiers, commerçants, journalistes, artistes, collégiens, ministres, fonctionnaires, ils appartiennent à la classe moyenne. Leur point commun : une peau foncée et des cheveux portés naturels, bouclés, frisés, crépus, coiffés ou en afro. Dans le sillage du mouvement Nappy (Natural and Happy) en vogue aux Etats-Unis, les Afropéens revendiquent d'être bien dans leur peau et dans leur vie, sans plus travestir leur nature profonde.

  • J'ai rencontré Jean d'Artigues pour la première fois à Vannes dans le Morbihan. Je n'imaginais pas que cette visite compterait autant. Jean, victime depuis huit ans de la maladie de Charcot et devenu tétraplégique, devait habiter un corps figé dans l'immobilité absolue.
    Notre premier échange de regards, je m'en souviens encore, m'avait communiqué une impression de force et de combativité hors du commun. J'ai envie d'ajouter de "_justesse_". Je veux dire qu'il n'était ni dans l'accablement, ni dans un martyrologe affiché, comme cela arrive parfois. Notre conversation, assez brève, renforça cette première impression.
    Il me parla calmement de sa volonté de livrer bataille. Coûte que coûte, et même sans espoir. Il refusait de se rendre, voilà tout. Et quel que soit l'obstacle. Dans ces pages, on le verra, la souffrance est dite, décrite, racontée mais d'une voix sans sanglots. Une paradoxale joie de vivre habite même ce livre lumineux.

  • L'histoire du plus grand champion de l'histoire des jeux télévisés.
    Le livre du champion des 12 coups de midi !
    Dernier d'une famille de pieds-noirs, Christian est un élève à haut potentiel et collectionne les tableaux d'honneur. À l'adolescence, sa scolarité dérape. Tout l'ennuie et le rebute. Il devient le cancre du collège, et abandonne l'école à 15 ans.
    Alors qu'il passe pour un marginal, Christian s'entraîne secrètement comme un athlète de haut niveau. Il engloutit toutes les sources de savoir qu'il a sous la main : les dictionnaires, le Quid, les encyclopédies... Chaque jour il repousse les limites de son cerveau pour devenir incollable, " être le meilleur ".
    Sur le plateau des Chiffres et des lettres, son talent éclate une première fois au grand jour. Il devient le seul joueur de l'histoire à remporter les trois plus grands tournois du jeu. Mais ses démons le rattrapent. La chute est vertigineuse. Il perdra tout : travail, amis, logement, jusqu'à dormir dans la rue.
    À 52 ans, Christian survit avec le RSA. Il essaie de s'occuper de ses deux fils en restant digne. Un peu avant de mourir, sa mère lui parle de l'émission Les 12 coups de midi, sur TF1. Pour lui rendre hommage, il y participe. Il fait tomber tous les records et devient, six mois plus tard, le plus grand champion de l'histoire des jeux télévisés.

  • En 1984, jeune journaliste à Europe 1, Laurence Lacour arrive dans la vallée de la Vologne pour couvrir l'assassinat de Grégory Villemin, 4 ans, enlevé, tué et jeté dans la rivière. " J'espère que tu mourras de chagrin, le chef ", a écrit l'assassin dans une lettre anonyme adressée au père de l'enfant. Ce drame bouleversant et la présence d'un mystérieux corbeau qui harcèle cette famille depuis des années donnent naissance à un feuilleton national retentissant. Celui-ci engendre une suite de dérapages judiciaires et médiatiques qui en feront une histoire tristement exemplaire. Le Bûcher des innocents est une enquête de haut vol, minutieuse et haletante. Il apporte la preuve que lorsque les institutions sont défaillantes, la société moderne peut renouer avec les crises de sorcellerie et rallumer les bûchers. C'est aussi le récit, humain et tendre, de l'initiation d'une jeune journaliste confrontée à une affaire hors norme. Salué par la critique lors de sa parution en 1993, ce livre a été réédité en 2006 dans une version enrichie et constitue le livre référence de cette tragédie. Le Bûcher des innocents a fait l'objet d'une adaptation à la télé¬vision par Raoul Peck et Pascal Bonitzer : L'Affaire Villemin.

  • Rosemary est la petite soeur du futur président John Fitzgerald Kennedy. Différente des autres membres de la fratrie, elle accuse un léger retard mental associé à des troubles de l'humeur. Pour le patriarche, Joe Kennedy, obsédé par la réussite, sa famille doit incarner le rêve américain. Ce n'est pas le cas de Rosemary. Un peu rebelle, elle affectionne les fêtes, pratique la voile et le tennis. En 1939, elle obtient un diplôme d'éducatrice auxiliaire, mais son comportement effraie son père. Frénétique dans sa recherche de méthodes pour soigner sa fille, Joe ne s'aperçoit pas que le changement incessant d'établissement aggrave au contraire son cas et la rend de plus en plus instable. Fin 1941, il va trop loin et fait lobotomiser Rosemary. L'opération tourne mal. La jeune femme en sort lourdement handicapée, à la fois physiquement et mentalement. Elle est alors internée, cachée, effacée. Pendant longtemps, ses propres frères et soeurs ignorent même ce qu'est devenue Rosemary. Voici son histoire. La vraie. Celle de l'enfant que l'on cachait.

  • À 17 ANS, EN PLEINES RÉVISIONS DU BAC,
    Victoire fait du shopping à Paris, quand
    elle est repérée par un chasseur de
    mannequins. Engagée par l'agence
    Elite, elle mesure 1,78 m et pèse 56 kg.
    Trop grosse ! Ou pas assez maigre.
    Elle va perdre 9 kg en ne mangeant
    que trois pommes par jour, afin de
    répondre aux exigences tyranniques
    des maisons de couture.
    EN SEPTEMBRE, ELLE ATTEINT LA
    TAILLE 32, sésame indispensable pour
    briller lors des castings, et participe
    avec succès à sa première fashion
    week à New York. Avec Milan et Paris,
    elle enchaîne vingt-deux défilés pour
    les plus grands créateurs : Céline,
    Alexander McQueen, Miu Miu, Vanessa
    Bruno... Elle entre dans le Top 20
    des mannequins les plus demandés.
    MAIS DERRIÈRE LA SOIE ET
    LES PAILLETTES, Victoire découvre un
    système inhumain : des adolescentes
    que l'on prend pour des femmes sont
    traitées comme des objets. La sélection
    est impitoyable et la maigreur devient
    une obsession. Elle est emportée
    dans la spirale de l'anorexie. Sept mois
    après ses débuts fracassants, elle
    fait une tentative de suicide et passe
    des podiums à l'hôpital.

  • Un jour, un amour violent a incendié ma vie. Il avait quatre enfants. J'en avais trois. Nous avons décidé de vivre ensemble. Mais la politique est une passion dévorante. Parti de très loin, François Hollande a été élu président de la République. J'ai été aspirée dans son sillage. Le pouvoir est une épreuve pour celui qui l'exerce, mais aussi pour les siens. À l'Élysée, je me sentais souvent illégitime. La petite fille de la ZUP en première dame : il y avait quelque chose qui clochait. J'ai appris l'infidélité du Président par la presse, comme chacun. Les photos ont fait le tour du monde alors que j'étais à l'hôpital, sous tranquillisants. Et l'homme que j'aimais a rompu avec moi par un communiqué de dix-huit mots qu'il a dicté lui-même à l'AFP, comme s'il traitait une affaire d'État. Tout ce que j'écris dans ce livre est vrai. Journaliste, je me sentais parfois à l'Élysée comme en reportage. Et j'ai trop souffert du mensonge pour en commettre à mon tour.

  • Il y a quarante ans, Coluche se moquait des Belges, dont il fit
    l'archétype des « grands gaillards un peu cons ». Mais depuis
    quelques années, l'humour a changé de camp : les Français ont été
    forcés d'admettre que les Belges étaient surtout drôles, brillants et
    créatifs ! Là où les Français ne sont pas fichus de citer le nom du
    roi des Belges ou de son Premier ministre, les Belges, eux,
    connaissent tous les déboires judiciaires de Nicolas Sarkozy, les
    maîtresses de François Hollande, le parcours du prochain Tour de
    France, la recette du boeuf bourguignon... La France est un sujet
    d'étonnement inépuisable en Belgique. Alors, quand on regroupe les
    dessins du plus connu des dessinateurs de presse belges sur
    l'actualité française et les Français, de Mitterrand à Macron, de
    l'abbé Pierre à DSK, avec des cuisses de grenouille et des fromages
    partout, c'est franchement drôle ! Plongez-vous dans la France vue
    par ce voisin, regardez ce miroir qu'il vous tend, c'est
    irrésistible.

  • Mauvais oeil

    Marie Van Moere

    Antonia Mattéi vit recluse depuis la mort de son mari, une figure du milieu corse. Sans argent,
    elle élève ses deux fils, Joseph et Ours-Pierre. Un matin d'été, les garçons partent à la chasse et la tragédie recommence.
    Les morts s'accumulent. L'ancien associé de son mari réapparaît. Une policière perspicace entre dans le jeu. Antonia aura-t-elle la force de contrer le mauvais oeil ? La vengeance, la prédestination et l'orgueil.
    Une histoire de famille. Une tragédie corse.

empty