Denoël

  • "Qu'il soit entendu que je ne donne de leçons à personne. J'essaie de tirer les leçons d'une expérience séculaire et séculière de vie, et je souhaite qu'elles soient utiles à chacun, non seulement pour s'interroger sur sa propre vie, mais aussi pour trouver sa propre Voie."
    E.M.
    À 100 ans, Edgar Morin demeure préoccupé par les tourments de notre temps. Ce penseur humaniste a été témoin et acteur des errances et espoirs, crises et dérèglements de son siècle. Il nous transmet dans ce livre les enseignements tirés de son expérience centenaire de la complexité humaine.
    Leçons d'un siècle de vie est une invitation à la lucidité et à la vigilance.

  • "Personne ne peut expliquer vraiment qui il est ni ce qu'il aime. Il y a trop de paramètres cachés et mystérieux. Pour créer, je me sers de ces choses qui sont terriblement secrètes et ancrées en moi, de souvenirs très importants. Plus j'avance, plus je reviens en arrière, plus j'aime l'intouchable que j'étais."

    Les souvenirs bruts et incandescents de la plus singulière étoile de la chanson française.
    Enfant d'une famille italienne aimante mais chaotique, jeune dragueur de Saint-Germain-des-Prés, fan d'Elvis et de John Lee Hooker, version frenchy de James Dean, dandy moustachu en smoking crème, fou de bagnoles, chasseur de sons aux verres fumés, Christophe a traversé avec élégance les époques sans jamais se démoder.
    Du Golf-Drouot à la salle Pleyel, du hit-parade au frisson underground, ses souvenirs dessinent une autre histoire de la chanson française. Esthète, obsessionnel, anticonformiste, Christophe s'apprêtait à publier le récit sans filtre de son existence quand la mort s'est interposée.

  • L'amélioration de la santé humaine est une anomalie à l'échelle de l'évolution.
    Pendant des dizaines de milliers d'années, les humains ne vivaient pas plus de trente ans en moyenne. La grande extension de notre espérance de vie a commencé autour des années 1750 en Occident. Lente mais continue, elle est principalement due à la désinfection et à une meilleure alimentation. C'est ainsi que, en deux siècles, notre longévité a doublé. Depuis 1950, les progrès de la médecine et de la pharmacie ont permis de gagner encore vingt-cinq années de vie.
    Mais, en parallèle, les humains ont fait émerger deux énormes risques, environnemental et comportemental, qui causent les maladies chroniques et rendent possible une rétrogression de la santé humaine. La pandémie de Covid-19 n'est pas le fait du hasard. Elle est une illustration sévère des dysfonctionnements des sociétés humaines et notamment de leur rapport à l'environnement. Le SARS-CoV-2 est un produit naturel, mais son émergence et sa persistance sont des produits humains.
    Le grand récit de la santé humaine.

  • "Je peux toucher tes cheveux ?"
    "Vous fêtez les anniversaires dans ton pays ?"
    "T'as pas l'air gay, pourtant."
    "L'important, c'est que tu te sentes bien dans ton corps."
    T'as tes règles ou quoi ?"
    Ces remarques aux faux airs amicaux charrient une tonne de préjugés. Elles sont pesantes précisément parce que les personnes qui les prononcent sont rarement conscientes de leur énormité et des effets qu'elles peuvent produire. C'est pourquoi il est important de prendre la mesure de ces micro-agressions et, pourquoi pas, d'en rire.
    L'idée n'est pas d'organiser le plus grand procès d'intention de l'histoire mais de continuer de militer pour la tolérance afin que chacun puisse vivre paisiblement ses différences. Et puisque ça ne suffira pas, que ces ' questions qui tuent ' nous fassent hurler, sourire ou pleurer, finalement peu importe, l'idée serait simplement de ne pas s'y habituer.

  • Depuis 2002 et l'arrivée de Jean-Marie Le Pen au second tour de la présidentielle, la sécurité est devenue l'enjeu majeur de chaque élection. Aussi la police est-elle désormais au coeur des débats. Or, depuis 2015, l'institution est clairement en crise : mal-être, suicides, racisme, violences sont les indicateurs d'une police qui va mal. Christophe Korell a quitté la police depuis deux ans pour l'observer avec un peu de distance. Maintien de l'ordre, violences, formation, contrôle, liens avec la Justice : il passe au crible l'institution pour dresser un état des lieux accablant, mais aussi pour proposer des pistes et fonder la police de demain.

  • L'Arabie saoudite rivalise avec la Corée du Nord en matière d'atteintes aux droits de l'homme ; d'absence totale de droits de la femme ; d'usage de la torture ; d'intolérance religieuse absolue ; d'interventions militaires extérieures (Bahreïn, Yémen) ; d'absence de liberté de conscience, de la presse et de liberté d'opinion, etc. Une spécificité supplémentaire propre à l'Arabie : la peine de mort pour ' blasphème ' et l'athéisme assimilé à du terrorisme.

    Longtemps le régime s'est recroquevillé dans sa superbe indifférence avant que la guerre au Yémen ou l'assassinat de Khashoggi ne l'obligent à soigner son image. La solution a donc consisté à contracter avec toutes les sociétés internationales de relations publiques et les cabinets de lobbying, en particulier aux États-Unis et en France.

  • Des conseils, des informations et des astuces à destination des femmes quinquagénaires pour les aider à accepter leur âge.

  • ' Nous sommes si étroitement liés à nos quartiers que c'est ainsi qu'on nous désigne : Abdoulaye d'Ourcq et Zak de Danube. Nous avons poussé là, à dix ans d'écart, dans ces deux cités qui ont connu des années de "rivalités interquartiers", comme disent les journaux - de guerre des bandes. Trop souvent se déroule sous nos yeux, encore et encore, la même tragédie. Les garçons continuent de mourir trop tôt, ici plus qu'ailleurs. Alors nous avons décidé d'écrire. '

    Quartier de combat, c'est l'histoire d'un arrondissement où vibre le pouls d'une époque. C'est une zone vive et rageuse, chargée de détresse et d'humour, où le trafic de drogue a tout balayé mais où l'on pratique l'entraide et la solidarité. C'est le récit de certains petits frères qu'on a vus basculer dans le terrorisme mais aussi celui de réussites éclatantes. En protégeant sa jeunesse d'elle-même mais surtout des inégalités, du racisme, de la discrimination, on verrait éclore une matière brute, or pur, diamant urbain.

  • En toute confidence

    Stora/Renaud

    "J'aime le contact avec le public, ce public qui me suit depuis plus de soixante-quinze ans. Toutes les générations ont "leur" Line Renaud. Pour les plus âgés la chanteuse, pour les plus jeunes l'actrice ou la femme engagée dans la lutte contre le sida. Je suis fan de mes fans."

    Au printemps 2019, Line Renaud a vu la mort de près. Durant sa convalescence, des souvenirs qu'elle n'avait jamais évoqués sont revenus en nombre.
    Avec sa verve habituelle, dans un passionnant retour sur sa vie, elle livre ici sans détour les secrets d'un destin exceptionnel.
    Les souvenirs cachés d'une grande figure française.

  • J'etouffe

    Peck Raoul

    "Ce matin, en me levant...
    J'ai pleuré. Je pensais qu'un autre monde était possible, sans qu'on ait à mettre le feu partout.
    Maintenant je n'en suis plus sûr du tout."

  • "C'est la lettre d'une mère à son enfant qui n'existe pas. Une lettre d'une femme qui se demande quelle mère elle aurait été. Une lettre de questionnement, une lettre d'explication, une lettre de justification, une lettre de séparation, une lettre d'amour. C'est aussi la lettre à elle-même d'une femme qui n'est que femme et qui finit par comprendre que c'est déjà ça."
    Delphine Apiou n'est pas mère et en a souffert. Un regret qu'elle a apprivoisé, avec lequel elle a appris à vivre et surtout qui ne l'empêche pas d'être une femme accomplie... La lettre qu'elle écrit à l'enfant qu'elle n'a pas eu est bouleversante, drôle, pleine de vie, tellement humaine. Universelle.

  • Ancien rédacteur en chef de «Paris-Jour», «Paris-Presse» et «France-Soir», l'auteur fait le récit de l'épopée du monde à travers quatre-vingts journées décisives de son histoire. Des événements et des hommes qui ont marqué le XXe siècle.

  • Des textes qui témoignent d'un itinéraire intellectuel et d'un engagement politique qui firent de Souvarine un ardent bolchevique, fondateur du P.C.F., puis un opposant radical au système communiste tel qu'il s'est développé dans les pays de l'Est.

  • Ancien journaliste, ancien consul des Seychelles pour le sud de la France, proche de certains opposants au régime en place, l'auteur nous donne un document vécu qui se lit comme un thriller sur le coup d'Etat.

  • Le discours est l'instrument par excellence du débat démocratique. Contre les émotions instantanées sur lesquelles joue la médiacratie, il cherche à réintroduire le temps long de l'argumentation raisonnée. Contre la réduction des hommes au statut de consommateur par la sondocratie, il cherche à s'adresser au citoyen. Contre le conformisme propre à la tyrannie cathodique, il cherche à réintroduire la contradiction. Voici donc les raisons qui me font croire que le renouveau de notre démocratie, et la réhabilitation du politique, sont indissociables du retour au premier plan de la parole publique. Voici pourquoi, au moment où la France s'apprête à engager le grand débat qui déterminera ses choix pour cette fin de siècle, j'ai accepté volontiers de publier ces textes, qui témoignent à la fois d'une conception de la politique et d'une vision de la République. Philippe Séguin

  • Ce livre est le fruit d'une enquête de plusieurs mois menée au coeur d'une ville tombée aux mains du Front national : Toulon. L'auteur, à partir de nombreux témoignages inédits, nous fait comprendre les causes de l'ascension du Front national dans cette ville, dévoile ses réseaux en tout genre, politiques, économique ou mafieux..., met à jour les facettes d'une cité du Var marquée par les scandales, la corruption et les mises en garde à vue. Virginie Martin n'essaie pas seulement d'élucider le mystère toulonnais dans le contexte varois, de l'assassinat de Yann Piat et de Jean-Claude Poulet-Dachary, au rôle joué par Maurice Arreckx, ses dauphins ou ses concurrents. Elle met en perspective une victoire patiemment préparée par le travail d'un parti politique, le Front national, qui a fait de Toulon, avec d'autres villes, un laboratoire pour expérimenter ses idées. La compréhension de cette expérience est indispensable à celle de l'enracinement du Front national en France.

  • Sept ans après le succès de Tous Nuls, Pierre Pellissier récidive... et dresse un portrait sans complaisance de notre société et de ses travers : l'inégalité triomphante, un tissu social en loques, des privilèges arrogants. De l'inconséquence de nos élus locaux, à l'absurdité de certaines lois oubliées, en passant par le cumul des mandats, l'auteur dévoile aussi les vices cachés et les mécomptes de notre classe politique et administrative. Il ose aussi parler, autrement qu'avec la langue de bois, de sujets tels que la Corse, les clandestins, internet, les prébendes des élus... Ironique et provocateur, sans jamais tomber dans l'excès, bien informé pour tout ce qui touche à la face cachée de notre vie politique et sociale ou de notre économie, Pierre Pellissier fait découvrir au citoyen lecteur l'envers de notre démocratie, de la crise que nous vivons, ses causes, ses faux-semblants, ses mythes : un petit livre rouge et explosif d'éducation civique.

  • Admirée en Occident, louée pour sa modernité, la fille d'Ali Bhutto, Benazir, fut saluée à son arrivée au pouvoir en 1988, comme l'héroïne du retour de la démocratie et de l'émancipation féminine dans une république islamique. Charmeuse, émouvante et cynique, Benazir, près de dix ans plus tard, doit choisir entre sacrifier son mari soupçonné de meurtre ou son ambition politique. Chassée en 1990, redevenue Premier ministre en 1993 jusqu'à sa déchéance trois ans plus tard pour corruption, battue aux élections de 1997, Benazir est au centre d'une tragédie familiale trempée d'or et de sang, de l'exécution de son père en 1979 jusqu'à la mort de son dernier frère, et rival, en 1996. C'est au contact des réalités pakistanaises que Laurence Gourret découvre combien l'image de Benazir en Occident est rudimentaire, confuse et naïve. Au fil de ses rencontres avec Benazir et les siens, avec ses adversaires politiques, avec les femmes, qu'elles soient de milieu pauvre ou aisé, Laurence Gourret affine son portrait. D'un côté l'autorité en trompe l'oeil, de l'autre le vrai pouvoir, avec ses féodaux, ses barons de la drogue... Ce n'est pas seulement l'envers du voile de la fée Benazir que montre Laurence Gourret, mais la vie de cent trente millions de Pakistanais, dont une majorité fait face au jour le jour à une vie dominée par la violence et la peur.

  • À l'heure où l'Égypte est à nouveau au premier plan d'une actualité brûlante, et souvent sanglante, il n'est pas indifférent de lire ce journal tenu par Sami Naïr tout au long d'un voyage fait récemment à travers ce pays. Il ne s'agit pas d'un reportage sur les beautés du Nil ou des Pyramides, même si l'Égypte traditionnelle et mythique demeure toujours sous-jacente, mais d'un texte écrit au jour le jour, qui recrée l'atmosphère générale du pays et, plus particulièrement, de cette ville monstrueuse, envoûtante qu'est Le Caire, La Victorieuse. Au fil de ses rencontres journalières, Naïr a recueilli des renseignements, des faits non écrits, il a écouté les acteurs de la récente histoire de l'Égypte, non pour faire oeuvre d'historien, mais plutôt pour percevoir la réalité vécue et quotidienne. C'est un journal à plusieurs voix : l'auteur, la ville et les hommes qui ont fait et font l'Égypte moderne.

  • De tout temps le crime organisé a su tirer un maximum de profit de la technologie. Les gangs de Chicago ont été parmi les premiers utilisateurs du téléphone. À l'heure d'Internet et des autoroutes de l'information, les nouvelles technologies apportent aux mafias de la planète des opportunités inespérées. Cosa Nostra, les triades chinoises, les gangs californiens, la mafia russe, pratiquent désormais des hold-up électroniques. Ceux-là mêmes qui blanchissent aujourd'hui leur argent sale dans les paradis fiscaux le feront demain en utilisant la monnaie électronique. Les mafiosi risquent de devenir les parrains du cyber-espace.

  • Jacques Narbonne fut pendant cinq ans le conseiller du général de Gaulle pour l'éducation. En s'appuyant sur des archives et des documents inédits, il retrace avec minutie les débats internes, les conflits et les oppositions diverses qui façonnèrent les évolutions de notre système éducatif. On saisit l'affrontement entre deux conceptions de l'Éducation nationale : l'une portée vers l'enseignement supérieur de masse, hostile à la sélection ; l'autre, attachée à déterminer les besoins de notre société en qualifications et soucieuse de fournir aux diplômés un avenir professionnel. Jacques Narbonne montre comment ce débat s'est poursuivi jusqu'à nos jours. Document et témoignage, ce livre vient à point nommé nous éclairer sur les grands enjeux du débat éducatif français.

  • 11 juin 1994 : Émilie Tanay, 9 ans, meurt après avoir absorbé une cuillerée de Josacine empoisonnée au cyanure. 27 juillet 1994 : Jean-Marc Deperrois, adjoint au maire et chef d'entreprise normand, est mis en examen pour empoisonnement avec préméditation. 25 mai 1997 : Après douze refus de mise en liberté, J.-M. Deperrois est condamné à 20 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de Rouen. Les médias se sont emparés de cette affaire. Les thèses de la défense de J.-M. Deperrois ont été largement répandues dans la presse, dans les journaux télévisés et radiophoniques. L'une d'elles se fonde sur l'hypothèse d'un accident domestique et rejette implicitement la faute sur la famille d'Emilie. Mais il y a les vérités journalistiques et les vérités judiciaires. Malgré la pression médiatique, les jurés ont condamné J.-M. Deperrois qui a toujours clamé son innocence.

  • La guerre des images est déclarée. Trois, quatre, cinq chaînes début 1986, bientôt huit, dix, vingt... Les programmes publics et privés de plus en plus nombreux, la multiplication des réseaux câblés, les émissions déferlant directement des satellites : le carcan audiovisuel, dans lequel étouffait depuis trop longtemps le téléspectateur français, éclate de toute part ! Un véritable raz de marée d'images s'apprête à submerger la France et l'Europe. José Frèches ouvre le dossier brûlant de ce conflit international, qui est sans doute le plus important de notre temps. Il en présente tous les éléments techniques, économiques, politiques et tire la sonnette d'alarme : si nous n'y prenons garde, la première victime de la guerre des images sera notre identité culturelle. Face à l'offensive des super-puissances de l'audiovisuel que sont les États-Unis, le Japon, et bientôt d'autres pays comme le Brésil, la contre-attaque ne peut être qu'européenne. Ce livre clair et brillant est un vibrant appel à la constitution d'une Europe de l'audiovisuel, puissante et concurrentielle, capable de faire rayonner sa culture et ses valeurs au-delà de ses limites géographiques. L'enjeu est énorme, et le temps presse. Dans quelques années, il sera trop tard. Un ouvrage fondamental sur un sujet essentiel qui nous concerne tous.

empty