Capricci Editions

  • Comme toutes les autres, elle a modifié son physique pour plaire à Hollywood et joué le jeu des prétendues rivalités entre actrices. Comme toutes les autres, elle avait des jambes magnifiques et un regard de vamp à faire fondre les coeurs. Comme les autres, sa vie sentimentale était aussi incroyable que dissolue.Pourtant, Marlene demeure unique. La parfaite création cinématographique. Un mythe, dira-t-on. Car le secret de Dietrich, ce qui la différencie des autres, c'est sa voix grave inimitable. Suave et cajoleuse. Celle-ci n'est pas la plus belle ni la plus puissante. Mais la star saura l'utiliser mieux que quiconque pour envoûter le public, se construire une carrière à l'épreuve du temps et vivre quelques aventures rocambolesques.

    Journaliste et intervenant cinéma dans les lycées, Camille Larbey est également l'auteur de Berlin mis en scène (éditions Espaces & Signes, 2017).

  • C'est l'histoire d'un vieux malentendu. Tous les grands comiques en ont souffert, de Jerry Lewis à Robin Williams : plus on vous demande de faire le clown, plus vous vous sentez glisser dans le gouffre du désespoir. Bill Murray, lui, a fait de ce malentendu une profession de foi.
    Après ses débuts avec la bande du Saturday Night Live, les comédies à succès des années 80 ont fait de lui une star mondiale. Il a fui, pour ne revenir que des années après, plus rare, plus évanescent. C'est devenu une légende urbaine à lui tout seul. Un gentil zombie, un spectre souriant, une mascotte du cinéma d'auteur bon teint et affranchi de l'industrie. Mais sans se départir de sa mine de vieux chien las, en promenade trop loin de chez lui.

    Yal Sadat est journaliste et critique de cinéma (Sofilm, Première, Carbone et anciennement Chronic'art).

  • Il a publié son premier poème à 8 ans, été condamné aux travaux forcés à 15, a menti pour avoir son premier rôle, a été arrêté pour possession de stupéfiants, a giflé Otto Preminger, est devenu ami avec Marilyn Monroe, a chanté avec Elvis Presley, était plutôt pour la guerre du Vietnam et franchement contre certains journalistes, qu'il aurait volontiers enterrés vivants. Mais il l'a fait sans avoir l'air de vraiment s'y intéresser, à la fois complètement dedans et totalement à côté, l'oeil alangui et un sourire en coin.Éternel vagabond qui se considérait toujours entre deux trains, Robert Mitchum n'attachait que peu d'importance au métier d'acteur. Comme si, malgré le bruit, la gloire et l'agitation, il n'avait jamais été vraiment là.

    Lelo Jimmy Batista est auteur, scénariste, réalisateur et journaliste.

  • Au début des années 70, le monde entier observe, fasciné, un jeune chinois jongler avec un nunchaku. Le fléau danse autour de son corps à moitié nu, il souffle et pousse descris féroces, portant au fond du regard une étincelle de folie. The Big Boss (1971), La Fureur de vaincre (1972), La Fureur du dragon (1972), Opération dragon (1973). En quatre films vite moulinés, Bruce Lee bondit aux yeux du monde entier... A 32 ans seulement, il est à la veille de sa mort.

    Du Hongkong de l'après-guerre au San Francisco des sixties, des studios de Hollywood à ceux de Kowloon, ce livre raconte son parcours, ses amitiés-rivalités avec Steve McQueen ou Roman Polanski, sa vie sentimentale complexe mais aussi l'aube de la mondialisation des arts martiaux, et toutes les folles ambitions d'une vie inachevée.

    Adrien Gombeaud est journaliste et critique de cinéma. Diplômé de chinois et docteur en langue et civilisation coréenne, il écrit notamment pour Les Échos, Le Figaro Magazine, Vanity Fair et Positif. Il est l'auteur d'une dizaine de livres, dont : L'Homme de la place Tiananmen (Le Seuil), Une blonde à Manhattan (Le Serpent à plumes), Dans les pas du Petit Timonier (Le Seuil), 30 secondes en Arizona (Espaces & Signes). Il a coordonné un Dictionnaire du cinéma asiatique (Nouveau Monde Editions).

  • Dès son premier rôle sur les planches new-yorkaises, Marlon Brando a changé à jamais la manière de jouer au théâtre comme au cinéma. Originaire d'Omaha dans le Nebraska, fils d'un père rêche et d'une mère dépressive, débarqué à Broadway presque par hasard, il est devenu, en une poignée de grands rôles, rien de moins qu'un des plus grands acteurs du monde. Une icône sensuelle, fantasque et imprévisible avec une voix nasale et un marmonnement empêché, reconnaissable entre tous. Puis, plus rien, sinon des résurrections magnifiques dans Le Parrain, Le Dernier tango à Paris, Apocalypse Now et quelques autres. Comme si Brando était arrivé trop tôt, seul au sommet.
    Ce livre tente de cerner différentes facettes du mythe Brando et de saisir quelques instants d'une vie rongée par la mélancolie.

    Arthur Cerf est journaliste pour les magazines Society et Sofilm depuis 2015.

empty