Sciences humaines & sociales

  • Cet ouvrage s'emploie à montrer pourquoi une théorie psychosomatique relationnelle est possible en psycho-motricité. Celle-ci doit cependant s'ouvrir pour inclure la pathologie organique s'inscrivant dans le corps réel et relevant de la psychomotricité relationnelle. Si la psychomotricité se singularise par l'intérêt qu'elle porte à la constitution des fonctions, sa démarche ne signifie pas qu'elle doit exclure de son champ des troubles instrumentaux dus à l'inhibition d'une fonction déjà constituée. Car souvent la symptomatologie est mixte, complexe, rétive aux réductions. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il n'existe réellement aucune coupure, aucune solution de continuité entre la psycho-motricité et certaines psychothérapies spécialisées avec de jeunes enfants présentant, à la lisière du psychique et du somatique, des perturbations massives des repères spatio-temporels. L'unité d'une conception conduit ainsi à concevoir ce qui peut unifier des pratiques différentes.

  • Que le rêve soit le seul lien, par delà l'oubli, avec l'enfance, éclaire d'un jour nouveau un fait étrange : que le refoulement de l'affect, lié au deuil en particulier, passe toujours par le refoulement de la fonction onirique. Sans rêves en effet, la situation de perte est tout à fait neutralisée, réduite. C'est précisément tout cet aspect de l'expérience humaine, qui touche si près à des impasses précoces, que le travail relationnel sur les rêves est en mesure de réactiver. Le thérapeute de l'adolescent est celui qui est en relation avec le rêve et l'affect, par rapport à lui-même et à l'autre. D'aucune manière, il ne cherche à neutraliser la relation en neutralisant ses propres affects. Ceux-ci doivent être là, mais libres, au cours d'un face à face à raison d'une fois par semaine. Or, c'est cette relation affective, que toute la technique psychanalytique s'emploie à éliminer, en laissant d'ailleurs en suspens toute la problématique de l'affect.
    Sami-Ali

  • Toute psychothérapie, qui touche à l'âme et au corps et qui se veut novatrice, doit entraîner une autre vision de la thérapeutique.

    Cet ouvrage entend montrer qu'à partir de la relation donnée, il est possible de créer des méthodes psychothérapiques nouvelles pour prendre soin des personnes présentant une pathologie psycho- somatique à un moment crucial de leur vie. Psychothérapies qui ne s'avèrent efficaces que parce qu'elles constituent avant tout des moyens de faire des découvertes, dans le sens de la connaissance de l'autre. Disons-le clairement il ne s'agit pas ici d'appliquer une méthode, au risque de s'enfermer dans la redondance, mais plutôt de créer pour que chacun, selon ce qu'il fait, ce qu'il est, apporte librement sa contribution. Et il est important que tout cela aboutisse à un ensemble où peuvent se reconnaître l'unité et la diversité d'une seule et même situation relationnelle.

    Si, d'un bout à l'autre de ces travaux, l'affect et la pathologie psychosomatique constituent le fil conducteur de toute visée thérapeutique, il y a là comme une manière de restituer à la relation et à la conscience onirique une place qui doit lui revenir, mais que ne cesse d'occulter une adaptation s'effectuant à l'intérieur d'un contexte socioculturel marqué par le banal.

empty