Pierre Lahoud

  • La première photo aérienne aurait été prise en 1860 par un Américain. Le Québec emboîte le pas au premier quart du xxe siècle. Les premières tentatives de prises de vue aériennes du sol québécois ont démontré l'utilité de ce type de photos à bien des égards. Cet ouvrage présente un art qui a su cartographier un territoire qui n'avait pas encore été conquis du haut des airs.

    Retrouvez près de deux cents clichés vus du ciel de toutes les régions du Québec, pris entre 1920 et 1980. Ce livre est composé de photos exceptionnelles, entre autres, de Montréal, de la Mauricie et du Nord-du-Québec, de vues panoramiques de la capitale nationale, de prises de vue mettant le milieu rural à l'honneur et d'un échantillon de pellicules portant sur le patrimoine bâti québécois. Chaque photo est accompagnée d'une légende qui la complète et en révèle ses secrets.

    Il s'agit sans contredit d'une ode aux paysages exceptionnels qui composent le territoire du Québec d'hier. C'est une occasion unique d'apprécier l'oeuvre remarquable de passionnés des vues d'en haut. Voilà un recueil de témoignages éloquents, de photographies saisissantes qui sauront couper le souffle de l'amateur de panoramas grandioses.

  • On lui reproche d'être gris et froid. Pourtant, le béton possède de nombreuses qualités qui ont persuadé les bâtisseurs de l'ère industrielle de l'adopter. Ce qui les a conquis? Sa résistance, son caractère ignifuge, la variété de formes qu'il pouvait adopter et la simplicité de sa mise en place. En plus d'être solide et économique, le béton a provoqué la création de nouveaux styles inscrits dans le mouvement moderne. Par sa popularité et son caractère unique, il a considérablement influencé le développement des villes, de l'architecture et même de l'art public. Ce numéro de Continuité espère redorer le blason de ce matériau qui mérite soin et reconnaissance.

  • Depuis l'avènement des clubs privés à la fin du XIXe siècle, le succès de la pêche sportive ne se dément pas. La pratique fait partie de notre histoire, de notre identité. Plusieurs éléments de notre patrimoine bâti et mobilier témoignent de son importance. La pêche au saumon dans La Matapédia et la pêche à Montmagny viennent même d'être intégrées au Répertoire du patrimoine culturel du Québec. À l'approche des vacances, le numéro d'été de Continuité plaira aux amateurs de pêche autant que de patrimoine. On y découvrira notamment une sélection de nos plus beaux camps de pêche historiques et des objets de collection liés à la pêche.

  • Les musées regorgent d'oeuvres d'art et d'objets révélateurs. Grâce à eux, on se souvient de la vie de nos ancêtres, de l'inventivité dont ils ont fait preuve, des savoir-faire qu'ils possédaient, des traditions qu'ils ont perpétuées, des événements qui les ont marqués. Avec ce numéro d'hiver, Continuité a voulu nous faire découvrir quelques-uns de ces artéfacts en demandant à 22 institutions muséales de partout au Québec de lever le voile sur leurs objets les plus intéressants. Hors dossier, un bilan du chemin parcouru depuis la reconnaissance du Vieux-Québec comme site du patrimoine mondial, il y a 30 ans, un article sur l'acquisition par la Ville de Mascouche du manoir seigneurial qui se trouve sur son territoire et une chronique sur la restauration de la carte polaire du capitaine Bernier, ce grand explorateur du Nord.

  • Les attraits touristiques d'une ville ou d'une région sont souvent définis par leur offre d'activités culturelles ou sportives, mais la beauté des lieux, sa nature et son caractère distinctif sont des incontournables lorsque vient le temps, par exemple, de choisir une destination vacances. Pour profiter pleinement de ce qu'une ville ou une région ont à offrir, les belvédères, qu'ils soient naturels ou aménagés, surprennent, impressionnent et émeuvent. Mais au-delà du plaisir des yeux, ces observatoires participent à la mise en valeur et à la préservation des paysages. Voilà pourquoi Continuité a voulu leur consacré un dossier. Ailleurs dans ce numéro, des projets de conversion intéressants au coeur du patrimoine industriel de Shawinigan, la restauration de l'église Saint-Damase, dans la Matapédia, et une chronique sur l'évaluation d'un bâtiment ancien, entre autres.

  • Continuité, le magazine du patrimoine au Québec depuis 1982, met le cap sur le Saint-Laurent pour son numéro d'automne. C'est donc au patrimoine maritime que son dossier, composé de textes signés Brigitte Trudel, Valérie Gaudreau, Jeanne Corriveau, Josianne Desloges et Josiane Ouellet, s'intéresse. Voie de transport, ressource, écosystème, objet de contemplation et d'inspiration artistique, le Saint-Laurent fait partie de notre ADN. Pourtant, plusieurs éléments de son patrimoine se trouvent aujourd'hui dans une situation précaire. De grands projets de développement menacent également son intégrité et ses paysages. Quels sont les enjeux les plus criants et les plus actuels dans le domaine? Vous pourrez les découvrir au sein d'une revue qui fait peau neuve pour célébrer son 150e numéro : une nouvelle grille graphique, élégante et épurée, et davantage de textes journalistiques. Continuité vous propose également quelques recensions de publication ainsi qu'un article sur la restauration de bâtiments patrimoniaux de l'Université McGill, notamment.

  • Continuité aborde dans ce numéro printanier, un patrimoine dans la fleur de l'âge : les églises modernes. Elles furent érigées dans l'effervescence d'un renouveau liturgique, architectural et démographique, alors que les banlieues étaient en plein essor. Mal aimées parce que mal comprises, ces églises ont toutefois besoin d'être reconnues et appréciées afin d'en assurer l'avenir. C'est donc dans cette perspective que Continuité vous propose le dossier « Églises modernes. OEuvres de pionniers ». Les faire aimer et connaître, les journalistes et les spécialistes invités France Vanlaethem (Docomoco), Marie-Dina Salvione (UQAM) et Denis Boucher(Conseil du patrimoine religieux du Québec) s'y emploient en explorant leur richesse historique et architecturale. Louis Lapierre, pionnier de l'architecture moderne au Québec et concepteur de l'église Saint-Gaëtan de Montréal, qui a accepté de prendre la pose pour la couverture, nous livre un entretien captivant. Enfin, grâce à un don de diapositives de l'historien Lévis Martin, certaines constructions vous sont présentées dans l'éclat de leur jeunesse.

  • Les toponymes servent, bien sûr, à situer et à orienter. Mais s'ils constituent un patrimoine, c'est parce qu'ils ont pour autre objectif de témoigner, de commémorer. Ils parlent du territoire et rappellent le passé. Au fil du temps, nos ancêtres ont créé un riche héritage qui mérite d'être célébré et exploré avec curiosité. Le dossier du numéro d'hiver de Continuité, « Patrimoine toponymique. S'inscrire dans le territoire », cherche à le mettre en valeur en faisant découvrir des appellations remarquables, dont certaines carrément insolites. Mais ce n'est pas tout. Nous avons la responsabilité collective de continuer à nommer les lieux. Or, pour mener à bien cette mission, il faut connaître l'état de la situation, s'interroger sur le legs que nous souhaitons transmettre aux générations futures et mettre en place de bonnes pratiques. Dans cette optique, le dossier de Continuité explore aussi les enjeux actuels touchant ce patrimoine, comme les tendances qui se dessinent sur le terrain, les questions entourant les changements d'appellations et les gestes posés pour corriger certains oublis du passé.

  • À l'heure de l'urbanisme participatif et tactique, le dossier du numéro d'automne de la revue Continuité se penche sur les liens entre patrimoine et participation citoyenne. Le magazine explore le rôle que chacun peut jouer dans la préservation de notre héritage collectif et de la qualité de nos milieux de vie, mais aussi, sur la manière d'amener monsieur et madame Tout-le-monde à passer à l'action. Car, en patrimoine, la participation citoyenne prend diverses formes : une communauté se mobilise pour sauver un bâtiment qui lui tient à coeur ou pour dénoncer un projet qu'elle juge inapproprié, des gens s'impliquent dans un processus de consultation publique ou un projet de codesign, des voisins décident d'animer un espace vacant de leur quartier. Dans les autres rubriques, découvrez des faits surprenants de l'histoire des Augustines de l'Hôpital général de Québec et voyez comment une rare harpe-cithare a été restaurée.

  • La saison des vacances débute, les touristes affluent. Nombreux sont ceux qui visiteront des lieux patrimoniaux. C'est donc un numéro estival de circonstances que propose la revue Continuité en explorant la relation entre tourisme et patrimoine. Ils se nourrissent mutuellement, s'allient bien souvent, mais quels sont les avantages et les inconvénients découlant de l'alliage tourisme et patrimoine ? Quelle est la place des attractions de moindre envergure dans l'offre de l'industrie touristique ? Comment innover dans la mise en valeur des vestiges de notre passé ? Continuité vous offre quelques pistes de réflexion. Ce numéro vous propose également un coup d'oeil sur la conversion de la maison Merry à Magog en lieu de mémoire citoyen, vous narre l'histoire derrière les traces étranges que portent un rocher sur la grève de la Rivière-Ouelle et vous offre un éclairage sur l'évolution des sentiers anciens avec Nathalie Coz, autrice du livre Le Québec à 5 km/h.

  • Pour son numéro du printemps, le magazine Continuité transcende les façades pour aller à la découverte des intérieurs patrimoniaux. Peu savent que la Loi sur le patrimoine culturel protège aussi l'intérieur des immeubles classés. Les enjeux les touchant sont toutefois différents. Il importe alors de se questionner sur la manière de les apprécier, de les protéger et de les préserver sans les dénaturer. Le dossier spécial de ce numéro offre d'intéressantes pistes. Également au sommaire, les origines de la Dame Blanche que l'on peut parfois voir sur la grève de l'île d'Orléans ou près des chutes Montmorency, la première édition du Festival de la banquise visant à sensibiliser les adeptes de canot à glace au patrimoine maritime de Portneuf, la restauration des finis intérieurs de la maison Étienne-Paschal-Taché à Montmagny et le rôle fondamental des propriétaires de maisons anciennes et les défis auxquels ils font face.

  • Pour son numéro d'automne, Continuité se penche sur notre patrimoine funéraire, les enjeux qui le touchent et les initiatives participant à sa conservation. Au cours des dernières décennies, les pratiques et les mentalités ont bien changé dans le domaine funéraire. Résultat : l'avenir des cimetières et des monuments qui s'y trouvent se voit menacé. Pourtant, ce patrimoine, dont on préfère souvent éviter de parler pour ne pas aborder la délicate question de la mort, constitue une grande richesse. Par leur aménagement, l'architecture de leurs tombeaux, dalles, stèles, caveaux et mausolées, les oeuvres d'art qui les parsèment et les informations inscrites sur leurs pierres tombales, les cimetières sont des centres d'archive et des musées à ciel ouvert. Heureusement, des intervenants de ce milieu en mutation s'activent à trouver et à mettre en oeuvre des solutions afin d'assurer la pérennité de ce legs, qui, s'il rend d'abord hommage aux défunts, joue aussi un rôle essentiel pour les vivants.

  • Ce printemps, Continuité nous fait voyager en rendant hommage aux merveilles du monde. Ces derniers mois, nous avons été les témoins impuissants de la destruction par le groupe armé État islamique de plusieurs joyaux de la cité antique de Palmyre, un important site archéologique de Syrie qui figure à la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Ces actes de saccage nous rappellent toute la fragilité du patrimoine mondial et mettent en lumière la nécessité de le protéger. Ce numéro nous présente d'abord un article relatant la genèse de la Convention du patrimoine mondial ainsi que les étapes qu'un site doit franchir pour figurer sur la Liste. Après quoi l'« effet patrimoine mondial » est expliqué en prenant l'exemple du cas de Québec. Nous découvrons ensuite le centre-ville d'Arequipa au Pérou, 10 sites canadiens reconnus internationalement et un projet éducatif destinés aux jeunes du site d'Angkor au Cambodge.

  • Pour son numéro d'été, le magazine Continuité s'intéresse aux anciennes granges et aux enjeux soulevés par leur préservation. Devenues parfois inutiles en raison de l'évolution des pratiques agricoles, certaines ne sont plus entretenues par leur propriétaire ou encore se voient refuser une nouvelle vie en raison du zonage qui les oblige à maintenir une vocation agricole, alors qu'ailleurs elles deviennent salle de spectacle, de réception ou lieu d'interprétation. Il y a toutefois de l'espoir, en témoignent quelques initiatives réjouissantes relevées dans ce numéro. En plus de la préservation, ce dossier aborde l'architecture des granges et même quelques conseils pratiques pour relever les bâtiments affaissés. Dans les autres rubriques, découvrez une paire de souliers restaurés, des artéfacts retrouvés dans une grange-étable du Sault-au-Récollet et comment les médias sociaux peuvent servir à promouvoir le patrimoine ou encore comment le patrimoine peut contribuer au développement économique en milieu rural.

empty