Norbert Campagna

  • Partant de l'analyse de la pensée juridique moderne, Michel Villey (1914-1988) constate que l'idée d'une justice et d'un droit inscrits dans la nature des choses a fait place aux exigences illimitées des droits subjectifs absolus. Dès lors seule prévaut dans la résolution des conflits la raison du plus fort, et non plus celle du plus juste. S'il constate et condamne cette évolution, Michel Villey ne veut pas tuer les droits subjectifs pour les remplacer à nouveau par un droit transcendant.

  • Si les uns envisagent la prostitution comme un lieu d'affirmation de soi, d'autres y voient le lieu suprême de l'humiliation. Là où certains veulent la faire reconnaître comme un métier respectable, les autres s'opposent farouchement à toute reconnaissance légale de ce qu'ils estiment être une forme d'esclavage. Pour les uns, les clients des personnes prostituées ne font rien de mal, pour les autres, ils doivent faire l'objet de poursuites pénales. Qui a raison ? En tenant compte des multiples visages de la prostitution et sans nier l'exploitation dont sont victimes de nombreuses personnes prostituées, Norbert Campagna tente de cerner la prostitution à partir du point de vue de la philosophie morale, en insistant surtout sur la possibilité de concilier prostitution, dignité et liberté.

  • À l'aune de quel principe moral devons-nous évaluer les actes sexuels ? Suffit-il que les participants à de tels actes donnent leur consentement pour que l'acte soit moralement permis ? Ou bien doit-on exiger que ce consentement repose sur un sentiment amoureux fort entre les partenaires ? En prétendant faire table-rase du passé et en prônant une jouissance sexuelle sans entraves, la révolution sexuelle des années 70 a provoqué une réflexion éthique sans pareille autour de la sexualité, donnant lieu à l'affirmation de principes parfois concurrents, souvent complémentaires. Dans ce livre, Norbert Campagna se propose de dresser un panorama critique des grands principes au nom desquels des limites morales sont tracées à la recherche de la jouissance sexuelle.

  • Alors, que de nombreux auteurs estiment que le concept de souveraineté doit être abandonné, Nobert Campagna, tenant compte des critiques souvent adressées à ce concept, développe une conception régulative de la souveraineté qui échappe à ces critiques. Le pouvoir souverain n'est plus conçu comme existant en acte, mais comme devant être indéfiniment construit, notamment par les gouvernants qui affirment être en droit d'exercer le pouvoir souverain. Cet exercice n'est légitime que dans la mesure où il n'entrave pas mais plutôt favorise l'émergence du pouvoir souverain idéal.

    Il incombe notamment au pouvoir judiciare de veiller à ce que les conditions de possibilité de l'émergence du pouvoir souverain idéal ne soient pas remises en question par ceux qui exercent ce pouvoir. De la sorte, Nobert Campagna développe une théorie à la fois régulative et critique du pouvoir souverain et assigne un rôle légitime au pouvoir judiciaire à l'intérieur de cette théorie.

  • Le droit a-t-il pour origine la nature ou la volonté ? La première option nous place devant des problèmes ontologiques et épistémologiques insurmontables, alors que la seconde semble nous mener au positivisme et à l'abandon de toute critique des normes juridiques. S'inspirant de la philosophie kantienne, ce livre cherche à construire un fondement de la normativité juridique qui échappe aux écueils cités. Le droit se construit constamment. Ainsi se dégage la nécessité d'un espace public de discussion où cette construction peut se faire.

  • La torture judiciaire a pour but de faire avouer un crime à un suspect - voire parfois de lui extorquer les noms de ses éventuels complices - en lui infligeant, selon un processus précis, des sévices physiques très douloureux et insoutenables. Héritage du droit romain, cette torture est réintroduite en Occident dans la procédure pénale au XIIIe siècle. Mais dès le XVIIIe siècle, elle est abandonnée et, par la suite, universellement interdite par le droit international. Cependant, depuis quelques décennies, nous assistons à une nette régression car la voici redevenue une pratique d'État dans des pays tenus pour démocratiques, comme les États-Unis.
    Comment comprendre et expliquer une telle institution ?

  • Das Handbuch gewährt einen umfassenden Überblick über Tocquevilles Leben, Werk und Wirkung auf dem aktuellen Stand der historischen, philosophischen und sozialwissenschaftlichen Forschung. Dem äußerst facettenreichen, in Deutschland aber nach wie vor unterschätzten Autor widmet dieser Band eine ebenso kompakte wie systematische Darstellung, die auf der Basis eines strukturierten Zugriffs und unter Berücksichtigung aller seiner Schriften verschiedene Aspekte seines Denkens erfasst. Deutschsprachige Leserinnen und Leser knnen sich schnell und zielführend fundierte Informationen über Tocquevilles Theorien, seine zentralen Begriffe sowie die wichtigsten Einflüsse verschaffen. Zugleich dient das Handbuch als Kompass zur Einordnung von Tocquevilles Analysen in gegenwärtige Debatten und Themengebiete und gibt anschlussfähige Hinweise für die Konzeption von Projekten in Forschung und Lehre.

empty