Littérature générale

  • La Fille du vigneron

    Marie Amero

    On était aux heures chaudes de la journée. Le soleil, immobile au-dessus des vertes dentelures des hauteurs qui encadrent le plateau de Notre-Dame des Trois-Epis, jetait des nappes de lumière dans l'air pur.Humble est le hameau qui entoure le couvent, - forcément abandonné par ses religieux depuis 1871 : - quelques maisonnettes, deux modestes hôtelleries destinées à héberger les touristes. La beauté du site, qui attire ces derniers, tient lieu de tout.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • - Bonne nuit, Excellence. - Marquis, à demain !Une voix jeune et gouailleuse jeta, comme une fusée, cette apostrophe à travers la rue obscure : - Pietro, tu donneras pour moi à la belle Peppina dix baisers de plus ! - Compte qu'elle les a, Alberto ! riposta Pietro. - Buona sera, signore Fracca ! - Luigi ! Buona notte ! - Eccellenza présidente, bonsoir ! dit encore la voix aigrelette et rieuse.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le Piège aux maris

    Marie Rattazzi

    Une plaine, des champs cultivés que traverse une grande route. A l'horizon, des collines basses, une futaie, les toits d'un village, sur la route, une maison isolée. Les maisons, comme les rues et les hommes, ont une physionomie : les unes ont l'air calme, d'autres, l'air affairé. Par cette porte, doit passer un célibataire ; de cette fenêtre, il ne peut sortir que des voix d'enfants. - Ne voudriez-vous pas aimer sous ce toit, pleurer sous cet autre ?Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Quien sabe ?....Il y a quelque chose de délicieux dans les premiers jours d'une liaison, comme dans le commencement du printemps ; les froides rafales de l'hiver se sont enfuies et les orages de l'été ne sont pas encore venus.Dengo, le... juin 182..« Mon cher ami, il y a huit jours, je t'écrivais de Coire et je t'annonçais mon prochain retour en France. Je comptais alors revenir simplement sur mes pas et repasser par la Suisse.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Au jour où commence cette histoire, c'est-à-dire au 31 décembre 187..., c'était un homme bien malheureux que le marquis de Pontrenaud, ancien colonel de cavalerie, ancien pair de France héréditaire, possesseur actuel d'une fortune de quatre-vingt mille livres de rente, et d'une nièce charmante dont il était devenu le père adoptif depuis une dizaine d'années.Ajoutez à tous ces avantages une santé de fer héréditaire chez les Pontrenaud comme la pairie, et, de plus qu'elle, défiant les tours de roue de la fortune révolutionnaire, un esprit charmant, une tournure de gentilhomme et un coeur généreux qui lui avait valu bon nombre de chaudes amitiés.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Il n'y a pas longtemps encore, on pouvait voir rue du Chantre, à droite en entrant par la rue St-Honoré, une maison dont les fenêtres donnaient sur les deux rues, et qui, en 1775, était connue à Paris, et surtout en Picardie, sous le nom de l'hostel, de Clovis. Tous les Amiénois, les Noyonnais, les Sois-sonnais qui venaient à Paris, ne savaient loger que chez maître Landry, né à Soissons, hôtelier à Paris, et dont l'enseigne représentait le roi Clovis fendant la tête à un de ses soldats dont la tenue n'était pas irréprochable : faute assez commune alors. » Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Mademoiselle Grinchue

    Marie Laubot

    MONSIEUR et madame d'Orbigny habitaient à Paris un joli appartement situé sur le boulevard St-Michel et dont les fenêtres donnaient sur le Luxembourg.Ils avaient choisi ce quartier, l'un des plus sains et des plus aérés de Paris, à cause de leurs trois enfants dont ils s'occupaient avec la sollicitude la plus tendre et la plus intelligente.Leur fils ainé Maurice, grand garçon de douze ans, était doux, studieux, intelligent ; sous la direction de son père, qui avait voulu lui servir ?Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • O ma belle Patrie ! en l'honneur de l'armée,
    De son noble courage et de sa renommée,
    Tu viens donc d'accueillir le chant d'un grand succès,
    Du triomphe éclatant de tant de bons Français
    Qui surent en Afrique, ardens à la victoire,
    Moissonner, en héros, les palmes de la gloire,
    Se frayer le chemin de la célébrité,
    Attirer les regards de la postérité.Descends, descends des cieux, douce reconnaissance,
    Viens échauffer mon coeur de ta sainte présence ;
    Donne-moi ton amour, ton esprit bienfaisant,
    J'ai besoin, tu le vois, d'être reconnaissant,
    De me bien pénétrer de ta mansuétude,
    De chasser au plus loin la noire ingratitude.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Saint-Just

    Marie Leneru

    Les avis sont contradictoires et les témoignages opposés, aussi n'en négligerons-nous aucun. Une personnalité hors ligne a pour moitié de son histoire les jugements qu'elle a suscités.La formule générale est « un fanatique » ou encore « un tigre altéré de sang ». M. Rémy de Gourmont ayant à le nommer, n'écrivait-il pas : « Saint-Just cette panthère » ? et les épithètes de M. de Gourmont se trompent rarement. Quant aux historiens, à la manière dont ils nous le présentent, aux phrases talentueuses qui servent à l'occasion - Mignet : « c'était un monstre peigné » ; Lamartine : « Muet comme un oracle et sentencieux comme un axiome.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Les Contes de nuit

    Marie De L'Epinay

    Je venais d'éprouver un de ces violents chagrins après lesquels il semble qu'il ne reste plus qu'à mourir. Tout manque : l'air, le soleil, la vie. Ce chagrin est la déception du coeur, l'illusion de l'amour perdu pour jamais, l'idole créée qu'il a fallu briser.Une grande foi chrétienne donne seule la force et la résignation nécessaires à ces mauvais jours. Cette foi, je ne l'avais pas sans doute, car je ne me sentais ni force, ni résignation contre le malheur qui me frappait.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • La ferme d'Honoré Thibaud, ou « la Thibaudière, » comme disaient les gens du pays, était située à une petite distance de Bressuire, et le fermier passait pour un des plus riches du Poitou.Cependant, nul ne portait envie à sa prospérité, car Honoré n'était point avare, ni dur envers les pauvres gens, et jamais un malheureux ne se présentait à la Thibaudière sans y recevoir une généreuse hospitalité. Quand on voulait citer un homme honnête, franc, en qui l'on pût avoir confiance, c'était toujours le nom d'Honoré Thibaud qui se présentait à l'esprit de chacun.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • - Que faites-vous ce soir ? - Je vais chez madame de Fontane. - Voulez-vous m'y présenter ? - Très volontiers. - Il y a longtemps que j'ai envie de connaître celte femme. - Il fallait le dire plus tôt. - Votre frère en est toujours aussi amoureux ? - Plus que jamais. - On prétend qu'il finira par l'épouser. - Herbert n'est pas homme à faire une pareille sottise. S'il était « le premier », je ne dis pas.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Nelida

    Marie De Flavigny Agoult

    C'était au mois de juin ; le soleil, à son midi, inondait l'horizon de clartés ; pas un nuage ne voilait la splendeur du ciel. Une chaude brise glissait sur l'étang et se jouait dans les roseaux sonores. Près de la rive, à l'ombre d'un rideau de peupliers, sommeillait un couple de cygnes. Le nénuphar ouvrait ses ailes blanches sur le miroir des caux. Dans une barque, amarrée au tronc d'un saule dont les rameaux flexibles formaient au-dessus de leurs têtes une voûte mobile et fraîche, deux beaux l ai ; étaient assis, qui se tenaient par la main.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le classique, traversant le jardin du Luxembourg, aperçoit au détour d'une allée un individu qui tantôt marche à pas précipités, tantôt s'arrête, regarde le ciel, gesticule et pousse de profonds soupirs ; plein d'ètonnement, il s'approche, regarde et s'écrie :LE CLASSIQUE.Eh, c'est vous, cher Nicaud !LE ROMANTIQUE.Ce nom n'est plus le mien ;Il était fort vulgaire, et ne rimait à rien ;
    J'avais besoin d'un nom vaporeux et sonore ;
    On m'appelle à présent Monsieur de Silphiclore,LE CLASSIQUE.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Jacques était ouvrier menuisier ; sa probité, son amour du travail, lui avaient mérité l'estime de son patron, ses journées étaient bonnes et lui permettaient de subvenir aux besoins de sa famille. Cette famille se composait de sa femme et de deux enfants, Juliette et André. Il avait épousé une jeune fille de son pays, qui avait conserve les goûts simples de la campagne, et dont tout le bonheur consistait à maintenir l'ordre le plus parfait dans son ménage, à soigner son mari et sus enfants.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Depuis longtemps il est reconnu que les gens les plus heureux sont ceux qui se trouvent le plus à plaindre et qui sont toujours mécontents. Le pauvre artisan, dont le travail suffit bien juste à nourrir sa famille, travaille gaiement sans se lamenter sur son malheureux sort, tandis que le riche, qui voit ses moindres désirs satisfaits, porte envie à ceux qu'il croit encore plus favorisés que lui par la fortune. Jusqu'à présent, cependant, les animaux avaient été exempts de cette faiblesse.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • (Incluse dans la suivante.)Dresde, le 12 octobre 1785.La haute réputation, mademoiselle, dont vous jouissez à si juste titre, n'est pas bornée à la France seule ; elle a pénétré jusqu'aux glaces du Nord : vous le croirez sans peine, si vous vous rendez justice. Vos talens supérieurs, vos grâces nobles et piquantes subjugueraient le coeur le plus insensible. J'en viens au fait, mademoiselle : retenu dans une cour d'Allemagne, je compte n'être à Paris que dans le mois de janvier.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Un soir de février, la Claudine, assise près de son feu, la Pouponne sur ses genoux, réfléchissait tristement. Il y avait déjà quinze grands jours que François son pauvre mari, si courageux à l'ouvrage et si doux pour les siens, était mort, la laissant toute seule avec ses sept enfants.Qu'allait-elle devenir ? que faire pour les élever ?En songeant à cela, elle passait en revue sa petite famille groupée autour d'elle.D'abord son aînée, Sylvie, une belle fillette de quatorze à quinze ans, appelée dans sa famille Mère-Grand à cause de sa prédilection pour les grandes cornettes tuyautées, au fond desquelles elle cachait de son mieux son joli visage déjà grave.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Diana Norville

    Marie Poitevin

    Après avoir regardé quelque temps le quadrille d'enfants organisé par Mme Woody dans le grand salon, Gérald, un peu étourdi par ces cris joyeux et ces rires, monta sur le pont. Comme il arrivait en haut de l'escalier, il se trouva vis-à-vis du capitaine Nointot, qui, lui tapant paternellement sur l'épaule, lui dit d'un ton cordial : - Réjouissez-vous, jeune homme, dans douze heures nous verrons les côtes de notre chère France.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Genève, 17 août 1855.« Comment se fait-il, m'écris-tu, que ta dernière lettre soit timbrée de Rocamadieu ? Ce nom barbare n'était pas marqué sur l'itinéraire que tu m'as laissé en partant. J'ai beau chercher sur la carte, tout le long du Guide-Joanne, et jusque dans le dictionnaire en trois volumes in-folio que tu connais, je ne trouve pas le moindre Rocamadieu. Je t'avertis que je flaire un secret là-dessous, et que j'exige une confiance entière.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Partez, mes chères hirondelles,
    De mon ciel fuyez les frimas ;
    Déployez vos rapides ailes.
    Volez de climats en climats.Parcourez les immenses terres,
    Voltigez, prenez votre essor ;
    Je vous fais les dépositaires
    De mon plus précieux trésor.Je confie à votre tendresse
    Les pensers que Dieu m'inspira !
    Mon âme, écho de la tristesse,
    Dans chaque vers se trouvera.Vous rencontrerez des rebelles,
    Qui loin d'eux vous repousseront.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le poêle ronflait allégrement sur son piédestal de pierre blanche ; la fricassée de pommes de terre au lard chantait dans le chaudron avec de gaies senteurs de thym et de laurier. Les parcelles de charbon, tombant par dessous, éclairaient seules, par instants, la pièce sombre et jetaient de fugitifs reflets sur les ustensiles d'étain, les pots de faïence peinte accrochés au mur. Dans la presque obscurité de la salle s'entrevoyaient un grand lit à courtines, un vieux bahut en face, une table dans un coin.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • SUZANNE, EUGÉNIE, JULIA.
    SUZANNE, entrant chez Julia.
    BONJOUR, ma bonne amie ; je suis charmée de pouvoir passer l'après-dînée avec vous : on m'a dit que l'on vous avait donné la plus jolie poupée du monde : nous allons nous amuser !
    JULIA.
    Volontiers, ma chère ; je suis bien aise d'avoir quelque chose qui vous plaise : mais on frappe, c'est sans doute Eugénie ; elle m'a fait dire qu'elle viendrait ce soir.
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Le Chemin du paradis

    Marie Rattazzi

    Avant d'introduire Gabriel et le petit Charles au bureau arabe, il est nécessaire de savoir de quelle façon Mathilde était entrée chez madame de Winzelles, et comment elle se trouvait sa compagne de voyage dans l'excursion de cette dernière en Afrique. Une fois chassée, - pourquoi ne pas employer le véritable mot ? - une fois chassée de chez la grue, Mathilde était restée deux ou trois jours dans un état d'atonie, de prostration qui ne lui permettait pas de prendre un parti ; et cependant, en ce moment comme dans beaucoup d'autres de sa vie, l'argent n'abondait pas dans la pauvre famille.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty