José Saramago

  • La lucidité

    José Saramago

    Au lendemain des élections municipales organisées dans la capitale sans nom d'un pays sans nom, la stupeur s'empare du gouvernement: 83% des électeurs ont voté blanc.Incapables de penser qu'il puisse s'agir d'un rejet démocratique et citoyen de leur politique, les dirigeants soupçonnent une conspiration organisée par un petit groupe de subversifs, voire un complot anarchiste international. Craignant que cette "peste blanche" ne contamine l'ensemble du pays, le gou-vernement évacue la capitale. L'état de siège est décrété et un commissaire de police chargé d'éliminer les coupables - ou de les inventer. Aussi, lorsqu'une lettre anonyme suggère un lien entre la vague de votes blancs et la femme qui, quelques années auparavant, a été la seule à ne pas succomber à une épidémie de cécité, le bouc émissaire est tout trouvé. La presse se déchaîne. La machine répressive se met en marche. Et, contre toute attente, éveille la conscience du commissaire.

  • Un regard sur le monde propose, pour le dixième anniversaire de la mort de celui qui reçut, en 1998, le prix Nobel de littérature, un nouvel aspect de son oeuvre. Cet ouvrage regroupe ainsi un certain nombre d'extraits, en grande majorité inédits, qui dévoilent le paysage historique, littéraire et humain qui entourait José Saramago. Il comporte, comme autant de morceaux choisis, de la poésie, des considérations sur sa littérature, des hommages à des auteurs admirés et des réflexions sur la société contemporaine : textes politiques ou observations perspicaces qui traduisent la position de l'écrivain, résistant, fraternel et engagé, face aux bouleversements du monde.

    Ce recueil dessine un visage fidèle de José Saramago, susceptible d'interpeller tous ceux qui ne le connaîtraient pas encore et auraient envie de le découvrir. Quant au lecteur déjà familier de l'univers fictionnel de l'auteur, il y trouvera ici un complément essentiel, itinéraire tracé à travers différents moments de l'existence d'un écrivain qui n'a jamais cessé de s'indigner face à l'intolérable et dont l'oeuvre est un remarquable instrument d'exploration du réel.

    José Saramago est né en 1922 à Azinhaga, au Portugal. Écrivain majeur du XXe siècle, son oeuvre, qui comprend des romans, des essais, de la poésie et du théâtre, est traduite dans le monde entier. Il a reçu en 1995 le prix Camões, la plus haute distinction des lettres portugaises, et le prix Nobel de littérature en 1998. Il est décédé à Lanzarote en 2010.

    Anthologie établie par Maria Graciete Besse et traduite par Dominique Nédellec.

  • La lucarne

    José Saramago

    En 1953, José Saramago remit un roman manuscrit à une célèbre maison d'édition de Lisbonne qui ne lui répondit pas et ne lui renvoya jamais son texte. En 1989, lors d'un déménagement, cette même maison d'édition retrouva le manuscrit et proposa à l'auteur de le publier. Saramago refusa et s'opposa à toute édition de son vivant.La Lucarne nous parvient donc avec soixante ans de retard. On y raconte la vie des habitants d'un immeuble dans une petite ville portugaise. Des couples qui se haïssent, une femme entretenue, une jeune fille ambitieuse qui devient sa rivale, quatre couturières amoureuses de Beethoven et de Diderot, un cordonnier philosophe et son locataire, alter ego de l'auteur. Ce roman, profondément subversif pour le Portugal du milieu du XXe siècle, traite de situations apparemment anodines mais aussi profondes qu'universelles. Dans l'immeuble où Saramago a fait entrer le monde, les lecteurs retrouveront les personnages de ses romans futurs et l'univers littéraire qui a marqué toute son oeuvre.Traduit du portugais par Geneviève Leibrich.Préface de Pilar del RioJosé Saramago est né en 1922 à Azinhaga, au Portugal. Écrivain majeur de la littérature portugaise, son oeuvre, qui comprend des romans, des essais, de la poésie et du théâtre, est traduite dans le monde entier. Il a reçu en 1995 le prix Camõens, la plus haute distinction des lettres portugaises, et le prix Nobel de littérature en 1998. Il est décédé à Lanzarote en 2010.

  • L'autre comme moi

    José Saramago

    Tertuliano Máximo Afonso, professeur d'histoire dans un collège, trente-huit ans, divorcé et vivant seul, découvre, horrifié, dans un film loué par hasard à un vidéo-club, son double parfait. En proie à la plus grande confusion, il visionne d'autres films, confirme sa découverte, interroge producteurs et distributeurs et parvient à connaître le nom de celui qui lui ressemble trait pour trait : António Claro. Avec l'aide de sa maîtresse, il part à la recherche de son double, un homme ordinaire, marié, acteur de cinéma, finit par trouver son adresse et son numéro de téléphone et le convainc de la nécessité d'une rencontre. Celle-ci a lieu dans un endroit désolé et s'achève sur un désastre, car chacun comprend que deux êtres semblables ne peuvent co-exister. Lequel des deux est moi, lequel est l'autre ? Pour Tertuliano Máximo et pour António Claro, la réponse n'est évidemment pas la même. Tout est alors en place pour que du désordre de l'identité surgisse la tragédie.Une fois encore, José Saramago met brillamment en scène un mythe pour mieux le démythifier en abordant la réalité de notre temps et la crise de notre société.Prix Nobel de littérature

  • Relevé de terre

    José Saramago

    Le soleil embrase le latifundium, l'ombre de la garde nationale plane sur sa glèbe. João Mau-Tempo découvre que la solidarité unit plus fortement les fourmis laborieuses que les paysans. Il mesure alors l'aliénation des siens. Entré dans la clandestinité, qualifié de dangereux perturbateur, il est emprisonné et torturé. Son combat n'est pas vain : une jeune femme libre marche sur ses traces.

  • Dans une écriture limpide et poétique, José Saramago nous livre une mosaïque de souvenirs d'enfance et d'adolescence. Entre Azinhaga, la terre de ses grands-parents, où il est né, et Lisbonne, où il a grandi, images, sensations, anecdotes reviennent pêle-mêle à la mémoire du grand écrivain: une famille de paysans pauvres, une grand-mère analphabète, un père devenu fonctionnaire de police à force de travail, et un enfant qui court dans les oliveraies, passe de longues heures sur les rives du Tage, contemple les beautés d'un ciel nocturne, marche pendant plusieurs jours en compagnie de son oncle pour aller vendre des cochons à une foire aux bestiaux, s'évade, solitaire, dans la lecture, ou cède à la magie des cinémas lisboètes.Cet attachement à la terre et aux plus humbles a nourri toute l'oeuvre du prix Nobel de littérature et éclaire l'engagement sans faille d'un homme aux côtés des opprimés.José Saramago est né en 1922 à Azinhaga, au Portugal. Écrivain majeur de la littérature portugaise, son oeuvre, qui comprend des romans, des essais, de la poésie et du théâtre, est traduite dans le monde entier. Il a reçu en 1995 le prix Camõens, la plus haute distinction des lettres portugaises, et le prix Nobel de littérature en 1998. Il est décédé à Lanzarote en 2010.Traduit du portugais par Geneviève Leibrich

  • La caverne

    José Saramago

    Cipriano Algor est potier. Il vit avec sa fille Marta et son gendre Marçal dans un petit village non loin d'un gigantesque centre commercial, une bâtisse de 48 étages avec magasins, restaurants, bars, piscines, services médicaux, appartements très convoités et un service d'ordre féroce. Lorsque le centre fait savoir à Cipriano Algor que sa vaisselle en terre cuite, rustique, cassable et démodée ne fera plus l'objet d'aucune commande, le potier comprend que tout ce qui avait donné sens à sa vie a brutalement disparu. Il ne lui restera plus alors, au fil d'un long cheminement, qu'à essayer de sauver par l'imagination et la rébellion un monde en voie de disparition, rongé par un autre qui grandit et se multiplie comme dans un jeu de miroirs où l'illusion trompeuse ne connaît pas de limites.Avec L'Aveuglement et Tous les noms, La Caverne forme un triptyque dans lequel José Saramago nous livre sa vision d'un monde courant au désastre en même temps que son attachement profond aux valeurs universelles de l'humanisme.

  • « Et pourquoi veux-tu donc un bateau, peut-on le savoir », tel fut en effet ce que le roi lui demanda quand il se considéra suffisamment bien installé sur la chaise de la servante.
    - Pour me lancer à la recherche de l'île inconnue, répondit l'homme.
    - Quelle île inconnue ? demanda le roi en déguisant son rire, comme s'il avait devant lui un fou délirant, un de ces fous qui ont la marotte de la navigation et qu'il ne faut surtout pas contrarier dès l'abord.
    - L'île inconnue, répéta l'homme.
    - Sottise, il n'y a plus d'îles inconnues.
    - Qui t'a dit, ô roi, qu'il n'y a plus d'îles inconnues.
    - Elles sont toutes sur les cartes.
    - Sur les cartes il y a seulement les îles connues.
    - Et quelle est donc cette île inconnue que tu cherches ?
    - Si je pouvais te le dire, elle ne serait plus inconnue.
    - Qui t'en a parlé ? demanda le roi, à présent plus sérieux.
    - Personne.
    - Dans ce cas, pourquoi t'obstines-tu à dire qu'elle existe
    - Simplement parce qu'il est impossible que n'existe pas une île inconnue...
    Lu par Albert Millaire
    Durée : 42min

  • In early 18th-century Lisbon, Baltasar, a soldier who has lost his left hand in battle, falls in love with Blimunda, a young girl with visionary powers. From the day that he follows her home from the auto-da-fe where her mother is burned at the stake, the two are bound body and soul by love of an unassailable strength. A third party shares their supper that evening: Padre Bartolomeu Lourenco, whose fantasy is to invent a flying machine. As the Crown and the Church clash, they purse his impossible, not to mention heretical, dream of flight.

  • Anglais All the Names

    José Saramago

    Among the file-cards for the living and the dead, one - of an apparently ordinary woman - will transform his life.



    By day Senhor José labours in the labyrinthine stacks of the city's central registry. By night he ferrets for facts about the famous, compiling his own archive of births, deaths and marriages. One day he chances upon an index card of an ordinary woman whose details hold as much fascination for him as any celebrity's. Striking forth from the regimentation of his daily life, José starts to track the woman down, obsessively following a thread of clues in a bid to rescue her from an oblivion deeper than the grave.

  • Connaître un pays signifie comprendre son paysage, sa culture et le peuple qui l'habite. De Trás-os-Montes à l'Algarve, de Lisbonne à l'Alentejo, la sensibilité du voyageur, toujours attentif à ce que voient ses yeux, recueille les multiples impressions que lui offrent la nature, l'art, l'histoire et les hommes. Saramago est ici un découvreur émerveillé qui invite le lecteur à parcourir un Portugal multiple, baroque et mystérieux, sublimé par la magie de l'écriture.

  • Quelques mois avant sa mort, José Saramago avait entamé l'écriture d'un nouveau roman ayant pour thème le commerce des armes et la responsabilité individuelle. Ce récit demeuré inachevé raconte le conflit moral d'Artur Paz Semedo, employé d'une usine d'armement qui, intrigué par le sabotage d'une bombe pendant la guerre civile espagnole, décide d'enquêter à l'intérieur même de son entreprise. Sa plongée dans le dédale des archives et les découvertes qu'il y fait le poussent à réfléchir sur la guerre en tant que renoncement éthique majeur de l'humanité, et sur le caractère apparemment inévitable de la violence.

    Cette édition comprend les notes de travail de l'auteur sur la fin qu'il envisageait de donner à cette histoire, ainsi qu'un texte inédit de Roberto Saviano, écrit pour son ami José Saramago à l'occasion du dixième anniversaire de sa disparition. Un an avant son propre décès, Günter Grass, lui aussi prix Nobel de littérature, s'était joint à cet hommage en offrant quelques-uns de ses dessins consacrés à la violence et la guerre.

    José Saramago est né en 1922 à Azinhaga, au Portugal. Écrivain majeur du XXe siècle, son oeuvre, qui comprend des romans, des essais, de la poésie et du théâtre, est traduite dans le monde entier. Il a reçu en 1995 le prix Camões, la plus haute distinction des lettres portugaises, et le prix Nobel de littérature en 1998. Il est décédé à Lanzarote en 2010.

    Traduit du portugais et de l'italien par Geneviève Leibrich.

empty